Plan d’action : créer un avenir plus sain pour les membres des Premières Nations, les Inuit et les Métis – rapport d’étape

Le 27 juin 2019

Depuis leur création en 2000, les IRSC reconnaissent l’importance de la recherche en santé autochtone et de la participation des Autochtones à ce processus. Grâce au leadership de l’Institut de la santé des Autochtones (ISA) et à l’appui des 12 autres instituts, les IRSC ont fait des progrès importants quant au soutien de la santé et du bien-être des membres des Premières Nations, des Inuit et des Métis. En novembre 2016, les IRSC ont publié le « Plan d’action : créer un avenir plus sain pour les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis » (le Plan d’action), qui propose 10 engagements pour renforcer la recherche en santé autochtone (RSA) au Canada en s’appuyant sur des travaux déjà en cours. Au cours des deux dernières années, nous avons pu accomplir des avancées importantes en travaillant avec des communautés autochtones et d’autres partenaires pour nous attaquer aux lacunes dans la RSA au Canada.

Nous sommes heureux de présenter cette mise à jour annuelle du Plan d’action. Les activités de la dernière année avaient pour but de renforcer la gouvernance et le leadership, de faire augmenter la recherche en milieu communautaire et de continuer à établir des relations fructueuses avec les communautés et les partenaires.

Gouvernance et leadership stratégique

Adoptée en 2017, la définition des IRSC de la RSA souligne le fait qu’il s’agit de recherche menée par et avec les Autochtones. Pour aider les Autochtones à mener leur propre recherche et à établir des engagements appropriés, nous avons aussi élaboré une définition d’un engagement culturellement sécurisant, qui précise ce qu’est un milieu de recherche sécuritaire sur les plans social, spirituel, émotionnel et physique. Pour arriver à ce résultat, il faut comprendre les causes fondamentales des inégalités en santé au sein des Autochtones, notamment les conséquences de la colonisation.

En 2018, le conseil consultatif d’institut (CCI) de l’ISA a été reconstitué et compte maintenant parmi ses membres 2 ainées, l’aînée Mary Wilson et l’aînée Mabel Horton qui offriront des conseils ainsi qu’un soutien culturel et spirituel à l’ISA dans le développement de ses activités. D’autres CCI aux IRSC ont accru leur représentation autochtone, dont l’Institut de la santé des femmes et des hommes et l’Institut de la santé publique et des populations. L’Unité de soutien à la recherche en santé autochtone des IRSC est maintenant complète; elle permettra d’augmenter la capacité des IRSC à soutenir les Autochtones, les chercheurs et les communautés, et à avoir des interactions significatives avec eux.

Comme l’expliquent la « Feuille de route pour la recherche » et le « Plan d’action : créer un avenir plus sain pour les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis » des IRSC, l’ISA est déterminé à soutenir davantage la recherche participative communautaire et à renforcer les capacités de manière culturellement adaptée au sein des communautés autochtones. Ainsi, avec la contribution de son CCI, de communautés autochtones, d’aînés et de gardiens du savoir, l’ISA a élaboré un nouveau plan stratégique, publié le 27 juin, qui énonce quatre orientations stratégiques pour les cinq prochaines années.

  • Aider les Premières Nations, les Inuit, les Métis et leurs communautés dans le but de stimuler la recherche en santé et l’application des connaissances les concernant.
  • Contribuer à l’amélioration de la santé des Premières Nations, des Inuit et des Métis par l’utilisation simultanée de paradigmes autochtones et non autochtones dans la recherche et l’innovation.
  • Repousser la recherche au-delà des notions admises d’équité en santé déjà connues et faire primer le mieux-être, la force et la résilience des Premières Nations, des Inuit et des Métis à l’échelle individuelle, collective et structurale.
  • Encourager et promouvoir les réseaux de recherche communautaire en santé autochtone partout au Canada afin de renforcer la capacité de recherche et d’application des connaissances dans le domaine de la santé des Premières Nations, des Inuit et des Métis.

L’ISA et ses partenaires s’efforceront d’améliorer la santé des Autochtones par la reconnaissance de leur savoir et le respect de leurs valeurs, cultures et systèmes de connaissances.

En janvier 2019, conformément à l’engagement énoncé dans le Plan d’action de rencontrer des hauts dirigeants des organisations autochtones, le président des IRSC, le Dr Michael J. Strong, a rencontré le président de Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), Natan Obed. Cette réunion avait été planifiée pour discuter de la façon dont les IRSC pourraient soutenir ITK dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale inuite sur la recherche (SNIR), publiée en mars 2018. Les présidents ont convenu de se rencontrer sur une base régulière pour évaluer leurs progrès. Le président des IRSC a ensuite participé au programme de formation des cadres de ITK, une occasion d’apprentissage sur les réalités et les priorités des Inuit, sur le territoire Inuit Nunangat. Les IRSC ont aussi été invités à participer à la table ronde de la SNIR en février 2019.

Les liens noués avec les communautés autochtones au cours des dernières années continueront d’être une force inestimable pour combler les lacunes dans la recherche en santé autochtone. Les efforts visant à créer et à maintenir des ententes avec les dirigeants d’autres organisations nationales autochtones se poursuivront.

Recherche communautaire en santé

En 2016-2017, les IRSC ont revalidé leur financement de la RSA et établi un pourcentage initial de 2,1 % du budget annuel total (d’après les années financières de 2014-2015 à 2016‑2017). En 2017-2018, ils ont augmenté la part du financement versée à la RSA, qui est alors passée à 3 % du budget total. Pour l’année financière 2018-2019, le financement de la RSA a encore augmenté, atteignant 3,3 %. Cette augmentation de 0,3 % représente un investissement additionnel de 5 millions de dollars en 2018-2019, pour un total de plus de 36 millions de dollars. Les IRSC continueront de poser des actions stratégiques pour faire en sorte que le financement de la RSA atteigne un minimum de 4,6 % de leur budget annuel. La création d’initiatives stratégiques porteuses par les Autochtones et pour eux est une priorité au sein de l’organisation et de ses 13 instituts.

En décembre 2018, les IRSC ont lancé le deuxième volet de l’initiative Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones (ERRSA), un investissement de 100,8 millions de dollars sur 16 ans en renforcement des capacités, auquel les 13 instituts contribuent. Cette initiative vise à créer un réseau national de centres consacrés au développement des capacités, la recherche et l’application des connaissances (AC) axés sur les Premières Nations, les Inuit et les Métis. Ce réseau a pour but d’offrir des environnements de recherche favorables pour la recherche en santé autochtone motivée par les communautés autochtones du Canada et ancrée dans celles-ci. Il permettra également d’assurer une croissance continue, un développement régional général et des collaborations internationales.

Outre le financement associé à l’ERRSA, les IRSC poursuivent leurs investissements dans des initiatives visant à répondre aux besoins de santé des Autochtones. Par exemple, dernièrement, ils ont lancé la composante 3 des subventions d’équipes de recherche sur la mise en œuvre (Voies de l’équité), qui est axée sur la portée et l’accessibilité équitables des interventions dans quatre domaines prioritaires : bien-être mental, diabète et obésité, tuberculose et santé buccodentaire.

Les IRSC ont aussi lancé les subventions d’équipe pour l’initiative Trajectoires de vie en santé – volet autochtone (TVS-A). Ces subventions permettront de soutenir quatre (4) équipes pour développer l’infrastructure et les capacités dans le continuum des soins et de la prévention (préconception, grossesse, première enfance, petite enfance) selon une perspective axée sur la trajectoire de vie dans les domaines de recherche suivants : une approche fondée sur les origines développementales de la santé et de la maladie (ODSM)/trajectoires de vie, la prévention des maladies non transmissibles et la mise sur pied d’une cohorte interventionnelle. Les équipes financées travailleront ensemble pour former les partenariats et tirer parti de l’expertise et des ressources nécessaires à l’établissement d’une cohorte interventionnelle menée par des Autochtones dans le cadre de TVS-A.

En mars 2019, l’ISA a lancé les chaires de recherche autochtone en soins infirmiers. L’initiative permettra au personnel infirmier d'origine autochtone et allochtone d'effectuer des recherches sur les soins infirmiers autochtones, faisant ainsi avancer les connaissances et les pratiques exemplaires en ce qui touche la pratique, la formation, la recherche et l'administration dans le domaine. Les titulaires entreprendront des recherches visant à comprendre les déterminants sociaux, économiques et culturels de la santé et la vision autochtone holistique de la santé, de sorte à améliorer la santé des Autochtones.

Le conseil scientifique des IRSC a récemment approuvé l’Initiative de renforcement des capacités de la SRAP. La première composante de cette initiative est l’attribution des bourses de recherche axée sur le patient – Transition à un rôle de chef de file. Cette possibilité de financement inclura une classe de financement de recherche en santé autochtone pour soutenir les stagiaires qui s’orientent vers des carrières indépendantes de recherche axée sur le patient.

D’autres initiatives lancées dans la dernière année comportent un volet autochtone dans leurs possibilités de financement. L’Initiative sur la sécurité alimentaire et les changements climatiques dans le Nord canadien, sous la direction scientifique de l’Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète, soutiendra la recherche qui permettra de mieux comprendre la sécurité alimentaire et les changements climatiques dans le Nord canadien, en accordant une attention particulière aux populations autochtones. Il y a également un volet autochtone dans le cadre de Transitions dans les soins – subventions pour les pratiques exemplaires, une possibilité de financement dirigée par l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire qui vise à appuyer des groupes de chercheurs et d’utilisateurs de connaissances afin de déterminer des pratiques exemplaires en matière de transition dans les soins. L’Institut de la santé des femmes et des hommes a lancé les bourses de voyage pour participer à une activité sur le genre et le mieux-être autochtone afin d’inciter les membres des Premières Nations, les Inuit et les Métis, les chercheurs, les organisations, les membres des communautés autochtones et les autres alliés des Autochtones à participer à l’activité foire aux idées et cercle d’apprentissages sur « le genre et le mieux-être autochtone ». Cet événement, qui s’est tenu du 18 au 20 juin 2019 à Montréal, sur le territoire traditionnel non cédé des Kanien’keha:ka (Mohawks), a donné l’occasion aux Autochtones et à leurs alliés de se rencontrer et d’échanger leurs idées et leurs objectifs. La possibilité de financement Recherche sur le cannabis dans des domaines prioritaires a été lancée en mars 2019 par l’Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT). Celle-ci a pour but d’explorer les bienfaits thérapeutiques et des méfaits potentiels de l'usage du cannabis sur la santé des Autochtones. D’autres possibilités de financement sont prévues dans le cadre de la Stratégie de recherche intégrée sur le cannabis des IRSC, notamment dans le but de financer des projets de recherche visant à évaluer les politiques liées à la légalisation et à la réglementation du cannabis qui peuvent avoir des conséquences sur la santé des Autochtones.

Participation des communautés et des partenaires

En juin 2018, à Lethbridge (Alberta), les IRSC et le PEEC Nanaandawewigamig du Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba (SSDSPNM) ont coanimé le quatrième rassemblement annuel des Voies de l’équité en partenariat avec le Centre de gouvernance de l’information des Premières Nations de l’Alberta. Le rassemblement s’est déroulé sur les territoires traditionnels des Pieds-Noirs et des peuples du Traité no 7, sous le thème : « Apprentissage et guérison axés sur la terre ». Les rassemblements annuels de Voies de l’équité ont contribué à définir de nouveaux moyens d’améliorer la santé des Autochtones par le réseautage, le renforcement d’équipe et la mise en commun d’apprentissages croisés en science de la mise en œuvre.

Afin de poursuivre cet important travail et de soutenir l’évolution de leurs investissements dans la recherche en santé autochtone au-delà de l’initiative Voies de l’équité, les IRSC ont décidé de rassembler les membres des communautés, les chercheurs, les détenteurs de connaissances et les organisations communautaires autour d’un nouveau modèle de financement dans les prochaines années. Plus de renseignements seront publiés sur la page de l’initiative ERRSA d’ici quelques mois.

La Conférence de la SRAP, Le point sur les progrès en recherche axée sur le patient au Canada, qui s’est tenue du 13 au 15 novembre 2018 à Ottawa a rassemblé plus de 340 participants. La SRAP a offert de nombreuses bourses de voyage pour encourager l’engagement des patients, dont celui des participants de communautés autochtones. Lors de la Conférence, les participants ont pris part à des discussions de groupe, à des séances plénières ainsi qu’à des présentations par affiches pour échanger des connaissances et des expériences, et présenter des réussites et des leçons tirées. Tout au long de l’événement, les perspectives et les approches autochtones ont été mises en lumière, et les participants ont pu bénéficier de la sagesse et des connaissances des aînés Sophie Pierre, Jack Robinson et Margaret Lavalee.

En novembre 2019, l’ISA a participé à une table ronde organisée par l’INSMT qui a rassemblé des experts et des chefs de file du milieu du stress post-traumatique (SPT). Une des conclusions principales issues de cette table ronde était le besoin de recherche sur le stress intergénérationnel dans les communautés autochtones. L’ISA élaborera une stratégie de recherche nationale sur le SPT, qui portera entre autres sur les besoins de recherche en santé dans les communautés autochtones. De plus, l’ISA, l’INSMT et d’autres représentants des IRSC ont participé à la Conférence nationale sur l’état de stress post-traumatique des 9 et 10 avril 2019.

À l’échelle internationale, l’ISA a donné deux présentations sur les questions relatives à la santé des Autochtones du Canada à l’Union World Conference on Lung Health et a offert un soutien financier à un atelier du congrès intitulé « Ethnicity and health: Building intercultural solutions for equitable tuberculosis care with Indigenous Peoples – locally and in the Americas » [Ethnicité et santé : élaborer avec les Autochtones des solutions interculturelles pour un traitement équitable de la tuberculose, à l’échelle locale et en Amérique]. Les relations de travail avec le National Health and Medical Research Council de l’Australie et le Health Research Council de la Nouvelle-Zélande continuent de s’étendre grâce à une collaboration internationale renouvelée en décembre 2017. Le soutien des chercheurs émergents sera une priorité dans le cadre de cette collaboration afin de générer des retombées positives pour les Autochtones et le milieu de la recherche.

Pour appuyer la recherche autochtone et coordonner les efforts des organismes subventionnaires, les IRSC travaillent avec le Conseil de recherches en sciences humaines et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, par l’entremise du Comité de coordination de la recherche au Canada (CCRC), pour trouver des occasions d’adopter des approches et des procédures communes. C’est dans ce contexte que le CCRC a organisé un dialogue national sur le renforcement de la capacité de recherche autochtone en mars 2019, durant lequel on a discuté de sujets clés et où étaient rassemblés les récipiendaires des subventions Connexion – Capacité de recherche autochtone et réconciliation offertes par les trois organismes. Les progrès quant à l’amélioration de la coordination des programmes et des politiques de recherche dans tous les domaines prioritaires, dont la recherche autochtone, sont présentés dans le premier rapport d’étape du CCRC récemment publié.

Comme mentionné dans le rapport d’étape précédent, mis à jour en juin 2018, le renforcement de la recherche en santé autochtone passe par une étroite collaboration avec les membres des Premières Nations, les Inuit et les Métis, à l’échelle nationale et internationale. Par l’entremise de ces mises à jour annuelles, nous réaffirmons notre engagement envers la RSA en tant que cochampions du Plan d’action. Nous avons hâte de poursuivre nos avancées et notre engagement envers les communautés autochtones pour guider nos démarches.

Miigwetch, merci, thank you,
Dre Carrie Bourassa
Directrice scientifique
Institut de la santé des Autochtones (ISA) des IRSC

Michel Perron
Vice-président directeur
Instituts de recherche en santé du Canada

Date de modification :