Membres du conseil consultatif de l'IV – Biographies

Paula Rochon (Présidente)
Vice-présidente, Recherche
Hôpital Women’s College (Toronto)
Scientifique principale, Institut de recherche du Women’s College
Chaire des ERO en médecine gériatrique

La Dre Paula Rochon est gériatre, chercheuse en services de santé et vice-présidente à la recherche de l’Hôpital Women’s College, qui est affilié à part entière à l’Université de Toronto. Elle est scientifique principale à l’Institut de recherche du Women’s College, professeure au Département de médecine et à l’Institut des politiques, de la gestion et de l’évaluation de la santé de l’Université de Toronto, et scientifique principale à l’Institut de recherche en services de santé. En 2015, elle a été nommée titulaire de la chaire inaugurale des Enseignantes et enseignants retraités de l’Ontario en médecine gériatrique à l’Université de Toronto.

Diplômée en médecine de l’Université McMaster, la Dre Rochon s’est ensuite spécialisée en médecine gériatrique à l’Université de Toronto. Sa formation de chercheuse l’a notamment amenée à suivre un programme de recherche en médecine gériatrique à l’École de médecine de l’Hôpital St. George’s au Royaume-Uni et à obtenir une maîtrise en santé publique de l’École de santé publique de Harvard, puis à être chercheuse-boursière en gérontologie.

La carrière en recherche de la Dre Rochon se focalise sur la compréhension des besoins propres aux aînés, tout spécialement ceux des femmes. Elle est l’une des plus grandes chercheuses en services de santé au Canada dans le domaine de la médecine gériatrique. En particulier, ses travaux examinent la manière de promouvoir la santé et le bien-être des aînés par l’optimisation de la prescription et de l’utilisation de leurs médicaments.

Possédant un solide dossier de financement par les organismes subventionnaires fédéraux, la Dre Rochon a publié plus de 230 articles dans des revues à comité de lecture.

En 2013, elle a été élue membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS). Les membres de l’ACSS ont acquis une solide réputation pour leur apport exceptionnel au monde universitaire des sciences de la santé au Canada.


Nicole Buckley
Scientifique en chef
Station spatiale internationale et Sciences de la vie
Agence spatiale canadienne

Nicole Buckley est née à Ottawa et a grandi sur différentes bases militaires du Canada. Elle a obtenu un baccalauréat en sciences (avec distinction) et sa maitrise en sciences (microbiologie) de l'Université de la Saskatchewan, et un doctorat en biologie buccodentaire de l'Université du Manitoba. Elle a poursuivi des études postdoctorales en biologie moléculaire au Health Science Center de l'Université du Texas, à San Antonio, ainsi qu'à l'Université Laval, à Québec. Les recherches de la Dre Buckley ont entre autres porté sur le développement de probiotiques pour une utilisation sur terre et dans l'espace.

La Dre Buckley est entrée au service de l'Agence spatiale canadienne en janvier 2002 à titre de scientifique principale du Programme des sciences de la vie dans l'espace et a été nommée directrice des Sciences physiques et des Sciences de la vie en juillet 2004. En cette qualité, la Dre Buckley est responsable des activités programmatiques liées à l'utilisation de l'allocation canadienne de la Station spatiale internationale et est chargée d'élaborer et de diriger un solide programme des sciences de la vie. Communiquer aux Canadiens les bienfaits des sciences mais surtout des sciences spatiales constitue l'une des responsabilités favorites de la Dre Buckley. Elle a participé à plus d'une dizaine de missions spatiales ayant eu lieu sur diverses plateformes, dont la Station spatiale internationale, et travaille avec son équipe à prévoir une gamme complète d'activités.


Heather Campbell-Enns
Professeure adjointe de psychologie
Université mennonite canadienne

Heather Campbell-Enns est professeure adjointe de psychologie à l’Université mennonite canadienne à Winnipeg. Ses recherches portent sur les besoins des personnes âgées en matière de santé psychosociale, ainsi que sur l’accès aux services de santé et au logement sous l’angle de la santé psychosociale. Elle mène également des recherches sur les analyses des politiques, qui comprennent la comparaison des politiques sur les soins continus entre les provinces.

Heather possède un doctorat interdisciplinaire sur la santé psychosociale, une maîtrise ès sciences en sociologie de la famille et un baccalauréat en éducation. Elle a reçu une bourse au doctorat Frederick-Banting et Charles-Best des IRSC et a effectué un stage postdoctoral en soins palliatifs. Plus récemment, Heather a obtenu une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé des IRSC en partenariat avec l’Université du Manitoba et Santé, Aînés et Vie active Manitoba.


Habib Chaudhury
Directeur et professeur
Département de gérontologie
Université Simon Fraser

Le Dr Habib Chaudhury est directeur du département de gérontologie; il y est aussi professeur. Fort de plus de vingt ans d’expérience en recherche dans le domaine de la gérontologie environnementale, il s’intéresse particulièrement à l’environnement physique des personnes atteintes de démence dans les établissements de soins de longue durée, à la mémoire de la maison et de l’identité individuelle chez ces personnes, et à la planification et à la conception de l’aménagement des quartiers visant à créer des communautés adaptées au vieillissement et à la démence. Ses projets ont été financés par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), la Fondation CapitalCare et le Centre for Health Design. Il a publié plus de 60 articles dans des revues avec comité de lecture, chapitres de livres et monographies. Parmi ses publications, mentionnons : Environments in an Aging Society: Autobiographical Perspectives in Environmental Gerontology (Annual Review of Gerontology and Geriatrics, vol. 38, 2018; coédité avec F. Oswald), Remembering Home: Rediscovering the Self in Dementia (Presses de l’Université Johns Hokins, 2008) et Home and Identity in Later Life: International Perspectives (Publications Springer, 2005; coédité avec G. Rowles). Par ailleurs, le Dr Chaudhury mène des consultations fondées sur les données probantes auprès d’organisations et de prestataire de soins portant sur la vision, la planification, la conception et l’évaluation de logements pour les aînés et d’établissements de soins de longue durée, et il est associé au Centre for Research on Personhood in Dementia de l’Université de la Colombie-Britannique (à Vancouver) et à Alzheimer Catalonia (à Barcelone, en Espagne). Le Dr Chaudhury est aussi membre de la Gerontological Society of America.


Mohamed-Amine Choukou
Professeur adjoint, Département d’ergothérapie, Collège des sciences de la réadaptation
Professeur auxiliaire, Programme de génie biomédical
Associé de recherche, Centre de santé Riverview et Centre sur le vieillissement
Associé de recherche, Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation (REPAR)

Le Dr Amine Choukou est professeur adjoint au Département d’ergothérapie du Collège des sciences de la réadaptation et professeur auxiliaire du Programme d’études supérieures en génie biomédical à l’Université du Manitoba. Il est directeur fondateur du Laboratoire des technologies en réadaptation, où son équipe étudie la façon dont les technologies et les services intelligents peuvent aider les aînés à vivre de manière autonome et dans la dignité, servir à la mise au point d’interventions destinées à alléger le fardeau des soignants et déceler les besoins en matière de soins. Le programme de recherche de le Dr Choukou porte sur la mise au point de systèmes et d’environnements intelligents et non intrusifs afin d’améliorer la qualité de vie des patients. Il dirige des projets de recherche multidisciplinaire au Canada et en Europe en partenariat avec des patients, des soignants et l’industrie. Beaucoup d’entre eux font appel à la collaboration avec des chercheurs dans les domaines de l’informatique, du génie électrique et informatique, de l’architecture et du design. Le Dr Choukou est l’auteur de 6 chapitres de livre et de plus de 25 articles publiés dans des revues à comité de lecture, et il a présenté ses travaux de recherche à une cinquantaine de conférences dans le monde entier. Il est titulaire d’un doctorat en kinésiologie de l’Université Paris-Sud et tire parti d’une précieuse expérience en technologies de la réadaptation acquise en France (école doctorale Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain, Université Paris-Saclay) et au Québec (Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, Université Laval).


Carole Anne Estabrooks
Professeure et titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1
Faculté des sciences infirmières, Université de l’Alberta

La Dre Carole Estabrooks est chercheuse en services de santé et titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur l’application des connaissances en soins aux personnes âgées dans les établissements de soins de longue durée (SLD). Elle est directrice scientifique du programme pancanadien de recherche longitudinale Translating Research in Elder Care (TREC; application de la recherche en soins aux personnes âgées). Elle a aussi une nomination conjointe à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta.

Elle a obtenu son diplôme de premier cycle en sciences infirmières à l’Université du Nouveau-Brunswick, sa maîtrise et son doctorat à l’Université de l’Alberta et une bourse postdoctorale à l’Institut de recherche en services de santé et à l’Université de Toronto. On lui a remis plusieurs bourses et prix, notamment une nomination à l’Ordre du Canada (2016), le prix Betty-Havens de l’application des connaissances dans le domaine du vieillissement (2014), le prix CAFA Distinguished Academic (2010) et l’Alumni Award of Distinction de l’Université du Nouveau-Brunswick (2007). Elle est membre de la Société royale du Canada (2020), de l’Académie canadienne des sciences de la santé (2007), de l’American Academy of Nursing (2011) et de l’Académie canadienne des sciences infirmières (2020).

Elle participe à de nombreuses études utilisant des approches observationnelles, des essais cliniques pragmatiques et des approches d’analyse des réseaux sociaux. Elle dirige présentement une étude s’intéressant au rôle du contexte organisationnel et de la facilitation de la recherche dans l’amélioration des résultats pour le personnel et les résidents d’établissements de SLD et une étude observationnelle portant sur les répercussions de la COVID-19 sur les mêmes populations. Elle codirige aussi une étude visant à établir une évaluation de routine de la qualité de vie des résidents d’établissements de SLD atteints de démence et à évaluer les répercussions du stress traumatique antérieur sur les comportements et la qualité de vie des résidents et sur le fardeau pour le personnel.

Elle a siégé à plusieurs groupes consultatifs dans le domaine du vieillissement, de la démence, des sciences de la mise en œuvre et des résidences de soins de longue durée. Elle est membre du Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées.


Dr David B. Hogan
Professeur, Médecine, Université de Calgary
Directeur de la formation, Centre Brenda Strafford sur le vieillissement (Institut de santé publique O’Brien, École de médecine Cumming, Université de Calgary)

Natif de Baie-Comeau, au Québec, David Hogan a fréquenté des universités en Nouvelle‑Écosse, en Alberta et en Ontario. Spécialiste de la gériatrie, le Dr Hogan est retourné à l’Université Dalhousie après avoir terminé sa formation clinique postdoctorale, où il a entre autres été doyen associé de la formation médicale de premier cycle. Il s’est joint à l’Université de Calgary en 1990 en tant que titulaire de la première chaire de recherche canadienne en gériatrie, la Chaire de recherche en médecine gériatrique de la Fondation Brenda Stafford, rôle qu’il a assumé pendant 25 ans. Il est maintenant directeur de la formation au Centre Brenda Strafford sur le vieillissement (Institut de santé publique O’Brien, École de médecine Cumming, Université de Calgary). Le Dr Hogan a été président du Comité de spécialité en gériatrie du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, président de la Société canadienne de gériatrie et rédacteur en chef du Canadian Geriatrics Journal. Il a signé plus de 320 publications à comité de lecture, ce qui montre son intérêt de longue date pour l’étude du vieillissement, notamment pour les sujets comme la gériatrie clinique, les troubles cognitifs et la démence, les chutes et la fragilité. Il est le chercheur principal local du site de collecte de données de Calgary de l’Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement (ÉLCV) depuis le début de l’étude, en 2010. Il a aussi occupé des postes de direction au Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV), auquel il participe en tant que chercheur.


Manuel Montero-Odasso
Professeur de médecine, d’épidémiologie et de biostatistique
Directeur du laboratoire de recherche sur la démarche et la santé du cerveau de la Division de gériatrie de l’institut Parkwood
Université Western Ontario

Le Dr Manuel Montero-Odasso est professeur de médecine, d’épidémiologie et de biostatistique à l’Université Western et directeur du laboratoire de recherche sur la démarche et la santé du cerveau de l’institut Parkwood à London (Ontario). Chercheur à l’Institut de recherche en santé Lawson, il cumule également les rôles de chef d’équipe du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV) et de cochef d’équipe de l’initiative de recherche sur les maladies neurodégénératives en Ontario (ONDRI).

Comme directeur d’un programme de recherche sur la démarche et la santé du cerveau, il cherche à élucider les mécanismes influençant le déclin de la mobilité et de la cognition et à découvrir de nouveaux traitements pour le retarder. Dans le cadre de ses travaux, qui portent sur l’analyse de la démarche, le Dr Montero-Odasso a instauré le recours à des « biomarqueurs moteurs » (démarche lente, exécution d’autres tâches pendant la marche, etc.) pour prédire la fragilité, les chutes et la démence chez les personnes âgées. Il a été le premier à concevoir des essais cliniques qui mettent de l’avant une approche novatrice « d’amélioration de la cognition pour améliorer la mobilité » par des méthodes pharmacologiques et des approches non pharmacologiques comme l’exercice, l’entraînement cognitif et la stimulation cognitive non effractive.

Le Dr Montero-Odasso a réussi à créer un excellent programme de recherche tout en demeurant un clinicien actif. Ses travaux de recherche, financés sans interruption par des subventions sur évaluation par les pairs accordées par des organismes nationaux et internationaux, dont les IRSC, l'ont amené à publier plus d'une centaine d'articles dans des revues à facteur d'impact élevé. Par ailleurs, il a notamment reçu la bourse de nouveau chercheur de l'American Geriatric Society, la bourse de chercheur-clinicien Schulich, le prix d'excellence en recherche du premier ministre de l'Ontario et la bourse de nouveau chercheur des IRSC. Il siège aux comités de rédaction de revues sur le vieillissement, dont le Journal of Gerontology, Series A: Biological Sciences and Medical Sciences, la revue Geriatrics et le Journal of Alhzeimer's Disease. Le Dr Montero-Odasso a été invité à donner plus de 65 présentations internationales.


Nancy Presse, DtP, PhD
Diététiste-nutritionniste et professeure adjointe, Département des sciences de la santé communautaire, Faculté de médecine, Université de Sherbrooke

Dre Nancy Presse est diététiste-nutritionniste et professeure adjointe au Département des sciences de la santé communautaire de la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke. Elle dirige le Laboratoire sur l’alimentation des aînés et la nutrition gériatrique au Centre de recherche sur le vieillissement (Sherbrooke QC) ainsi qu’au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (Montréal QC). Ses travaux portent principalement sur le dépistage, le diagnostic et les facteurs de risque de la déficience en vitamine B12 chez les personnes aînées, sur la prévention et le traitement de la perte de poids des résidents des centres d’hébergement, de même que sur le repérage des personnes aînées en situation de vulnérabilité nutritionnelle dans la communauté. Elle dirige notamment les travaux d’expérimentation et d’implantation de l’approche « Nutrition as Medication » dans plusieurs centres d’hébergement du Québec. Depuis janvier 2018, Dre Presse assure la direction générale de la banque de recherche de la cohorte NuAge, une infrastructure qui permet le partage des données et des échantillons biologiques de 1753 personnes aînées suivis pendant 4 années consécutives. Professeure Presse est chercheur-boursier Junior 1 des Fonds de recherche du Québec-Santé (2018-2022).


Maria Natasha Rajah, Ph. D.
Professeure titulaire, Département de psychiatrie, Université McGill
Chercheuse au Centre de recherche Douglas
Chaire en science du sexe et du genre des IRSC en neurosciences, en santé mentale et en toxicomanies

La Dre M. Natasha Rajah a obtenu son doctorat en psychologie expérimentale de l’Université de Toronto, campus St. George, et a suivi sa formation postdoctorale à l’Institut de neurosciences Helen-Wills de l’Université de la Californie, à Berkeley. Elle est entrée en fonction au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’Université McGill et au Centre de recherche Douglas en 2005. Elle est récipiendaire de plusieurs distinctions, dont une bourse salariale de nouvelle chercheuse des IRSC, une bourse de chercheuse Junior 2 du FRQS, une bourse de mentorat féminin en sciences cognitives du Canada, et du prix Haile T. Debas de la Faculté de médecine de l’Université McGill. Elle est membre de la Memory Disorders Research Society (MDRS), du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV), du Consortium québécois pour l’identification précoce de la maladie d’Alzheimer (CIMA-Q), ainsi du Centre de recherche pour les études sur le vieillissement et du Groupe de recherche PREVENT-AD de l’Université McGill. Elle a de plus siégé au conseil d’administration de l’Association canadienne des neurosciences.

Pour ses travaux de recherche, la Dre Rajah a reçu un soutien des IRSC, du CRSNG, du CRSH et de la Société Alzheimer du Canada. Elle a publié plus de 65 manuscrits et chapitres évalués par des pairs. Sa recherche porte sur la science cognitive et clinique de la mémoire, sur le vieillissement du cerveau et sur la prévention de la démence. Elle utilise des méthodes comportementales, neuropsychologiques, physiologiques et d’imagerie cérébrale (IRM) pour étudier comment le cerveau humain apprend et se souvient d’évènements passés en détail (mémoire épisodique), et comment le vieillissement, le sexe biologique, le genre et les facteurs de réserve influent sur la cognition et la dynamique du réseau cérébral chez les adultes présentant ou non des facteurs de risque de maladie d’Alzheimer sporadique tardive. Son programme de recherche porte en outre sur le développement de modèles plus représentatifs des communautés en général du point de vue de la cognition et du vieillissement du cerveau. Ses travaux ont aidé à mieux comprendre les fondements neuronaux du déclin cognitif lié à l’âge, et ont mis en évidence l’importance d’étudier les adultes d’âge moyen et de suivre une approche fondée sur le sexe, le genre et l’analyse intersectionnelle (ACFSG+).


Dr Samir K. Sinha, M.D., D. Phil., FRCPC
Directeur du Service de gériatrie, Réseau universitaire de santé et Système de santé Sinai
Chaire Peter-et-Shelagh-Godsoe en gériatrie, Hôpital Mount Sinai
Directeur de recherche sur les politiques de santé à l’Institut national sur le vieillissement de l’Université Ryerson

Le Dr Samir Sinha est un défenseur passionné et respecté des besoins des personnes âgées. Il est actuellement directeur du Service de gériatrie pour le Réseau universitaire de santé et le Système de santé Sinai à Toronto. Il a été nommé à la chaire Peter-et-Shelagh-Godsoe en gériatrie de l’Hôpital Mount Sinai et est directeur de recherche sur les politiques de santé à l’Institut national sur le vieillissement de l’Université Ryerson. Il est également professeur aux départements de médecine et de médecine familiale et communautaire, ainsi qu’à l’Institut des politiques, de la gestion et de l’évaluation de la santé de l’Université de Toronto, en plus d’être professeur adjoint de médecine à l’École de médecine de l’Université Johns Hopkins.

Après ses études de premier cycle en médecine à l’Université Western Ontario, ce boursier Rhodes a obtenu une maîtrise en histoire de la médecine et un doctorat en sociologie à l’Institut du vieillissement de l’Université Oxford. Il a fait ses études supérieures en médecine interne à l’Université de Toronto, et en gériatrie à l’École de médecine de l’Université Johns Hopkins.

La vaste formation internationale et les connaissances pointues en politiques de santé et en prestation de soins aux aînés ont fait du Dr Sinha un expert réputé en soins aux personnes âgées. En 2012, le gouvernement de l’Ontario l’a désigné comme expert responsable de la Stratégie pour le bien-être des personnes âgées de la province; il travaille actuellement à l’élaboration d’une stratégie nationale sur ce dossier. En 2014, il a figuré au palmarès des 50 personnes les plus influentes au Canada selon le magazine canadien Maclean’s, qui a également affirmé qu’il était le plus grand défenseur des aînés. Le Dr Sinha a récemment été nommé membre du Conseil national des aînés du gouvernement du Canada, et il dirige actuellement l’élaboration de normes nationales sur les soins de longue durée au pays.

Au-delà du Canada, le Dr Sinha est fellow de l’American Geriatrics Society et membre de l’American Red Cross Scientific Advisory Council. Il a consulté et conseillé des hôpitaux et des autorités sanitaires en Grande-Bretagne, en Chine, en Islande, à Singapour, à Saint-Christophe-et-Nevis, à Taïwan ainsi qu’aux États-Unis sur la mise en œuvre et l’administration de modèles uniques, intégrés et innovants de soins gériatriques qui réduisent le fardeau de la maladie, améliorent l’accès et les capacités, et, en fin de compte, favorisent la santé.


Gail Turner
Ancienne directrice, Services de santé
Gouvernement du Nunatsiavut
Nord du Labrador

Gail Turner, une Inuite bénéficiaire de l’Accord sur les revendications territoriales des Inuits du Labrador, a pris sa retraite en 2012 du poste de directrice des Services de santé du gouvernement du Nunatsiavut, dans le Nord du Labrador. Elle est détentrice d’un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.), d’une maîtrise en éducation des adultes de l’Université St. Francis Xavier, et de nombreux certificats en santé et en administration obtenus dans le cadre de programmes de formation à distance. Au début de sa carrière, elle a été infirmière en soins actifs en Ontario et au Royaume-Uni. Au cours des 26 dernières années, elle a travaillé avec les Inuits, les Inuits du NunatuKavut, les colonisateurs et les Premières Nations du Labrador, et exclusivement avec les Inuits à partir de 2004. Elle a été conférencière sur la santé des Inuits à des réunions et symposiums provinciaux, régionaux, nationaux et internationaux, y compris au Congrès mondial sur le cancer en 2011. Bien que son travail soit axé sur la santé publique, elle a aussi participé à la gestion des cliniques communautaires et des soins continus en région éloignée. Elle se passionne pour le Nord et la nécessité d’écouter les Premières Nations, les Inuits et les Métis et de les faire participer véritablement à la planification de leurs soins de santé et à la promotion de leur santé optimale. Elle s’intéresse de plus en plus à l’équité en santé et au besoin urgent de solutions novatrices et ancrées dans la communauté pour fournir les services de santé à la population. Gail est membre autochtone du conseil d’administration du Partenariat canadien contre le cancer (PCCC). Elle a été décorée de la médaille Labradorians of Distinction en reconnaissance des services qu’elle a rendus en santé et à la communauté. En tant qu’aînée, elle s’intéresse de plus en plus au bien-être des personnes âgées, à l’accès, en temps voulu, à des soins à domicile et de longue durée adaptés, et au maintien à domicile.


Lori E. Weeks
Professeure agrégée
École des sciences infirmières
Université Dalhousie

Gérontologue de formation, la Dre Lori Weeks est professeure agrégée à la fois à l'École des sciences infirmières, à l'École de santé et de performance humaine et à l'École d'ergothérapie de l'Université Dalhousie. Elle est également chercheuse-boursière associée au Healthy Populations Institute. La Dre Weeks a obtenu un doctorat et un diplôme en gérontologie de l'Université Virginia Tech en 1998. Elle a travaillé trois ans dans le domaine des soins de longue durée à l'Île-du-Prince-Édouard, avant de devenir membre du corps professoral de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, où elle a œuvré de 2001 à 2014. Ses champs d'intérêt sont les soins et les services de soutien aux personnes âgées et à leurs soignants, de même que les facteurs influençant la santé des ainés. Ses recherches portent plus précisément sur le soutien aux personnes âgées et à leurs soignants vivant des transitions en matière de soins de santé et le soutien aux femmes âgées victimes de violence conjugale.

Date de modification :