Découvertes pour la vie

Les visages de la recherche en santé

Bienvenue au livre hommage à la recherche en santé des IRSC, où vous trouverez des récits sur la recherche qui change des vies, menée ici même au Canada, livrés par des chercheurs et des patients dans leurs propres mots.

Apprenez des chercheurs eux-mêmes pourquoi ils font carrière dans le domaine de la santé, quels problèmes de santé ils essaient de résoudre et quelles connaissances nouvelles ils créent.

Vous pourrez aussi lire les histoires de patients qui ont participé à la recherche en santé ou qui ont été touchés par elle. Bon nombre de ces profils font partie du livre hommage des IRSC pour le 150e anniversaire du Canada et sont identifiés par le logo Canada 150.

Consultez cette page Web régulièrement, de nouveaux récits étant constamment ajoutés.

Envoyez votre récit, votre photo et vos commentaires à l’adresse communications@cihr-irsc.gc.ca, mais lisez d’abord les détails à ce sujet.


Titre

Comment les organismes de santé publique du Canada abordent-ils la pandémie de COVID-19 dans les médias sociaux?

Il est important de créer une communauté de praticiens plus forte qui se compose de dirigeants communautaires et de chercheurs et chercheuses.

Dre Anita Kothari
Professeure
Université Western

Au cours de la dernière année, notre équipe de recherche a examiné la manière dont les organisations se sont servi des médias sociaux comme moyen de diffuser des messages de santé publique, de contrer la désinformation et d’accroître l’acceptation des vaccins contre la COVID-19 au Canada.

Nous avons élaboré notre propre modèle d’apprentissage machine pour évaluer le sentiment des autorités de santé publique du pays par l’entremise de leurs gazouillis, et nous avons suivi les réactions publiques aux communications publiées dans les médias sociaux par les comptes du gouvernement. Ce travail vient compléter notre analyse des gazouillis liés à la pandémie de COVID-19 (en anglais seulement)

Nous nous sommes également entretenus avec 40 leaders du domaine de la santé communautaire provenant de groupes sans but lucratif, de groupes de défense des droits des patients et de centres de santé communautaire qui ont demandé du soutien pour communiquer les restrictions de la santé publique. Nous avons exploré des moyens de leur permettre d’adapter leurs stratégies de communication aux groupes en quête d’équité.

Ces efforts soulèvent toutefois une autre question : comment pouvons-nous nous sortir de cette pandémie en tant qu’écosystème de santé publique plus connecté et plus résilient? Au cours de l’été, notre équipe de recherche continuera de communiquer avec des chercheurs et chercheuses ainsi que des organisations et les encouragera à assister à nos séances mensuelles d’échange de connaissances et de réseautage.

Lecture complémentaire :

Twitter: @anitarena

Aider les parents à soutenir leurs enfants durant la pandémie de COVID-19

Évaluer l’efficacité d’une intervention familiale en ligne (I-InTERACT-North)

Dre Tricia Williams
Scientifique clinicienne en santé
Hospital for Sick Children (SickKids)

Les politiques relatives à la mise en quarantaine sans précédent imposée durant la pandémie de COVID-19 ont augmenté le niveau de stress des familles canadiennes. Les familles comprenant des enfants qui souffrent de troubles neurodéveloppementaux préexistants (p. ex., trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité [TDAH] ou autisme) peuvent subir une énorme pression en raison des perturbations de leur routine et d’un soutien moindre. Il est essentiel d’offrir à ces familles des possibilités de soutien en santé mentale avec des options souples pour répondre à leurs besoins. I-InTERACT-North est un programme actif d’aide aux parents de SickKids couronné de succès qui fournit déjà des services virtuels aux familles.

La présente étude vise à déterminer si l’adoption d’une approche de « soins par étapes » dans le cadre d’une intervention parentale virtuelle en santé mentale peut mieux répondre aux importants besoins des familles durant la pandémie. Nous avons établi un partenariat avec le Province of Ontario Neurodevelopmental Disorders (POND) Network en vue d’offrir le programme aux enfants (âgés de 3 à 9 ans) et à leur famille dans quatre centres ontariens (Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital, SickKids, Université Western Ontario et Université Queen’s). Dans l’ensemble, notre travail permettra d’évaluer l’harmonisation des soins en santé mentale aux besoins des familles afin d’éviter d’autres problèmes familiaux et de santé mentale, et nous aidera à favoriser l’expansion du programme au-delà de la crise actuelle.

Lectures complémentaires :

Twitter: @WilliamsTS_Dr

Les probiotiques ne seraient pas aussi bénéfiques qu’on le prétend

Une étude révèle que l’utilisation de probiotiques chez les enfants atteints de gastroentérite aiguë n’apporterait aucun bienfait

Dr Stephen Freedman, M.D.C.M., M.Sc.
Université de Calgary

L’administration de probiotiques aux enfants atteints de gastroentérite aiguë est un sujet controversé depuis près de deux décennies. Bien que les preuves à l’appui de leur utilisation soient limitées et souvent contradictoires, ces produits sont de plus en plus utilisés par suite de puissantes campagnes de marketing de l’industrie. Avec l’aide financière des IRSC, l’équipe du Dr Freedman a mené des études inédites pour évaluer les bienfaits cliniques et les mécanismes d’action potentiels de l’administration d’un produit combinant Lactobacillus rhamnosus et Lactobacillus helveticus aux enfants canadiens atteints de gastroentérite aiguë.

L’évaluation de 886 enfants qui se sont présentés à une des six urgences participantes avec une gastroentérite a révélé que l’administration deux fois par jour du probiotique ne prévenait pas l’apparition d’une gastroentérite de modérée à grave dans les 14 jours suivant le recrutement (NEJM 2018 (en anglais seulement)). Cette évaluation a été suivie d’une sous-étude visant à déterminer si des avantages virospécifiques en matière de réduction des symptômes cliniques ou de clairance de l’acide nucléique viral avaient été décelés dans les échantillons de selles prélevés jusqu’à 28 jours après le recrutement. Les conclusions ont été les mêmes, c’est‑à‑dire qu’aucun bienfait – clinique ou microbiologique – n’était associé à l’utilisation du produit probiotique évalué chez les enfants atteints de gastroentérite aiguë (Nature Communications 2020 (en anglais seulement)). Récemment, l’équipe a analysé plus à fond les échantillons de selles collectés et n’a constaté aucun effet de la préparation probiotique, par rapport au placebo, sur les concentrations d’immunoglobuline sécrétoire A dans les selles (American Journal of Clinical Nutrition 2021 (en anglais seulement)). Dans l’ensemble, ces résultats font ressortir la nécessité de réévaluer l’utilisation des probiotiques chez les enfants atteints de gastroentérite aiguë et, jusqu’à ce que des recherches futures fournissent des preuves convaincantes de leurs bienfaits, des probiotiques ne devraient pas être administrés à ces enfants.

Lectures complémentaires

Twitter : @UofCr4kids, @UCalgaryMed, @pert_calgary, @PERC_Network

Date de modification :