Compte rendu sur l'Initiative de recherche sur les villes en santé des IRSC

Chers collègues,

En ce début d’année, nous voulons faire le point sur l’Initiative de recherche sur les villes en santé (IRVS) des IRSC et vous faire part de nos réflexions sur ce que la COVID-19 signifie pour les villes du Canada et du monde entier. La COVID-19 a mis en lumière et exacerbé les inégalités flagrantes qui existaient avant la pandémie, provoquant la première augmentation des niveaux de pauvreté dans le monde depuis 1990. Dans le monde entier, on estime que 90 % de tous les cas déclarés de COVID-19 sont survenus dans des zones urbaines, et selon un rapport récent, cet été au Canada, les 20 plus grandes villes ont signalé 67 % de tous les cas et 75 % des décès, alors qu’elles ne comptent que 42 % de la population du pays. Ces chiffres sont encore plus élevés pour les Autochtones et les personnes racialisées. Par exemple, en Ontario, le taux d’infection serait trois fois plus élevé dans les quartiers les plus diversifiés sur le plan ethnique que dans les quartiers les moins diversifiés, leurs résidents étant confrontés au chômage, aux pénuries alimentaires et à des difficultés financières. Après la pandémie, il est clair que l’amélioration de la santé et de l’équité au sein des villes sera essentielle pour reconstruire en mieux.

Bien qu’il ait fallu mettre en veilleuse nombre d’activités en 2020 en raison de la pandémie, les instituts qui dirigent l’IRVS sont plus déterminés que jamais à appuyer la recherche qui mobilise le potentiel des villes en matière de promotion de la santé. Depuis 2017, nous avons financé 62 projets, pour un investissement total de presque 2,5 millions de dollars, sur des thèmes allant du logement aux communautés amies des aînés, en passant par le transport et l’activité physique. Nous avons également établi un plan en vue d’investir 40 millions de dollars de plus dans le domaine au cours des sept prochaines années.

Malgré les retards qu’ont connus certaines de nos activités au calendrier l’année dernière, nous avons réussi à réunir la table fédérale sur les villes en santé, qui coordonne les mesures prises à cet égard par 12 ministères fédéraux, et dont l’importance s’est accrue en raison de la pandémie. En outre, nous avons accordé plusieurs bourses sur le logement et la santé, en plus d’avoir contribué à d’autres bourses qui cadrent avec les buts et les objectifs de l’IRVS, et nous avons relancé un concours de bourses sur l’analyse des données. Nous avons aussi réussi à faire en sorte que l’Alliance mondiale contre les maladies chroniques (AMMC) se penche sur les interventions dans les environnements urbains pour réduire les risques de maladies non transmissibles dans le cadre de son appel de demandes de 2022 (en anglais seulement). Sans doute notre plus grand succès, nous sommes maintenant entrés dans la phase finale du concours « Plateforme de formation en recherche sur les villes en santé », au terme duquel sera financée la toute première plateforme de formation des trois organismes cet été. Celle ci permettra de réaliser, au sein du milieu canadien de la recherche, une initiative de formation nationale influente, de qualité et axée sur le développement des capacités de recherche relativement à la conception, à la mise en œuvre et à la mise à l’échelle d’interventions novatrices et fondées sur les solutions dans divers contextes urbains. Nous sommes fiers de ce travail, mais nos efforts ne s’arrêtent pas là.

Nous nous sommes peut être montrés discrets au cours de la dernière année, mais nous n’avons pas été inactifs, et nous sommes enthousiasmés par tout ce qui s’annonce. Le concours de subventions d’équipe en science de la mise en œuvre, qui était censé être lancé en 2020, le sera finalement au cours des prochains mois. Nous venons aussi de lancer une chaire en santé publique appliquée sur le sexe, le genre et les villes en santé, pour renforcer davantage les capacités dans cet important domaine de recherche. En outre, l’outil d’établissement de liens de l’IRVS suscite de plus en plus d’intérêt de la part de candidats et de partenaires éventuels. Nous prévoyons d’ailleurs de tenir plus tard cette année notre toute première réunion annuelle de l’IRVS, et nous avons hâte de mettre en contact les formidables chercheurs et partenaires de mise en œuvre que nous avons mobilisés au cours des quatre dernières années. Nous nous préparons aussi à relancer nos possibilités de financement de base, notamment les concours de bourses et de subventions de planification. Enfin, nous étudions de nouvelles possibilités avec des partenaires pour accroître encore la portée, l’ampleur et l’impact de l’IRVS, ainsi que de la recherche financée dans le cadre de cette initiative.

Nous nous attendons à ce que 2021 soit l’année la plus importante à ce jour pour l’IRVS, et nous remercions le milieu de la recherche de son soutien et de son enthousiasme. N’hésitez pas à transmettre ce courriel à vos amis et collègues que cette mise à jour pourrait intéresser. Tant de grandes possibilités sont prévues pour 2021… Ne ratez pas la suite!

Cordialement,

Steven J. Hoffman JD PhD LLD | @shoffmania
Directeur Scientifique, Institut de la santé publique et des populations des IRSC

Carrie Bourassa BA MA PhD | @goaliegirlmom31
Directrice Scientifique, Institut de la santé des Autochtones des IRSC

Rick Glazier MD MPH CCFP FCFP | @RickGlazier1
Directeur Scientifique, Institut des services et des politiques de la santé des IRSC

Karim Khan MD PhD MBA | @KarimKhan_IMHA
Directeur Scientifique, Institut de l'appareil locomoteur et de l'arthrite des IRSC

Norman Rosenblum MD FRCPC | @normrosenblum
Directeur Scientifique, Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète des IRSC

Jane Rylett PhD | @j_rylett
Directrice Scientifique, Institut du vieillissement des IRSC

Cara Tannenbaum MD MSc | @CIHRIGH
Directrice Scientifique, Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC

Date de modification :