Profils de carrière des anciens titulaires d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Profil :

Dre Jennie Haw

Titre : Chercheuse
Organisme employeur actuel : Société canadienne du sang
Lieu de l’emploi : Ottawa (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Société canadienne du sang
Formation universitaire : PhD
Coordonnées : Jennie Haw

Depuis 2019, je travaille comme chercheuse au Centre d’innovation de la Société canadienne du sang (SCS), poste que j’ai obtenu à la suite d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé de deux ans. La bourse m’a donné l’occasion de collaborer avec Dana Devine (experte scientifique en chef, SCS) et Jessica Polzer (professeure agrégée, Université Western) à l’évaluation qualitative de la banque publique nationale de sang de cordon ombilical de la SCS. J’ai ainsi acquis une meilleure compréhension du fonctionnement de ce fournisseur de sang et de son rôle dans les systèmes de santé et de services sociaux, ainsi que de la valeur de la recherche axée sur l’impact. Mon expérience et mes compétences à titre de sociologue spécialisée en santé et en systèmes de santé me permettent d’apporter une contribution unique aux recherches de la SCS. Je travaille actuellement à l’élaboration et à la direction d’études axées sur la mobilisation des donneurs et les politiques de don afin d’optimiser les activités de la SCS et de contribuer à l’érudition.

En outre, je suis professeure auxiliaire de recherche au Département des sciences de la santé de l’Université Carleton, rôle qui m’offre d’autres occasions de jeter des ponts entre le monde universitaire et le secteur des systèmes de santé. Je supervise des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs dans le cadre d’études visant à répondre à des besoins organisationnels qui permettront aux étudiants de développer leurs compétences en recherche.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Stephanie Aboueid

Titre : Consultante principale
Organisme employeur actuel : KPMG Arabie saoudite
Lieu de l’emploi : Riyad (Arabie saoudite)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Deloitte Canada
Formation universitaire : Dt.P., M.Sc., candidate au doctorat

En tant que consultante en stratégie dans le domaine des soins de santé, je dirige des travaux de recherche primaire et secondaire pour évaluer les possibilités et les tendances du marché; j’élabore des modèles de gestion ainsi que des plans stratégiques et opérationnels en vue d’atteindre des objectifs de gestion; je discerne des occasions d’investissement dans le milieu de la santé et des sciences de la vie; et j’élabore des plans pratiques en vue de répondre à des défis pressants relatifs aux soins de santé tels que la pandémie de COVID-19. Dans le cadre de mon travail de consultante, j’applique certains éléments caractéristiques de la recherche : j’utilise mes compétences pour effectuer des examens rapides ainsi que pour mettre en œuvre des méthodes de recherche qualitative et quantitative et d’analyses de données. Lors d’une journée typique, je fais de la recherche, je cerne les besoins des clients, et je rédige des documents qui répondent aux demandes et aux principaux défis des clients. Des réunions avec diverses parties prenantes sont également un élément de mon quotidien. En outre, j’ai découvert qu’une compétence essentielle à mon travail est la capacité d’interpréter de manière concrète des renseignements et des recommandations.

Les aspects de mon emploi que je préfère sont les occasions qui me sont offertes d’utiliser mes compétences et d’apprendre au contact de personnes ayant des formations et des expériences variées. Les principaux facteurs qui m’ont attirée chez KPMG sont la culture de l’entreprise et son caractère inclusif. Mes collègues au sein de cette firme sont la partie la plus agréable de mon travail.

Mon conseil à l’intention des étudiants actuellement aux cycles supérieurs est de demander des bourses telles que la bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé des IRSC. Cette bourse permet d’explorer des parcours professionnels à l’extérieur du milieu universitaire. La cohorte de la BAISS dont j’ai fait partie était extraordinaire; je suis heureuse d’avoir pu nouer des amitiés tout au long de cette expérience. Mon autre conseil est d’examiner la culture d’une entreprise avant d’y accepter un emploi. On passe la plus grande partie de sa vie au travail, alors on doit aimer ce qu’on fait de même que ses collègues. Je suis reconnaissante de pouvoir travailler pour une firme aussi remarquable. Réseautez, assistez à des présentations et ne cessez jamais d’apprendre – vous ne savez pas quand la bonne occasion viendra frapper à votre porte.

La chance, c’est ce qui arrive lorsque l’occasion coïncide avec la préparation.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Katie Aubrecht

Titre : Titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur l’équité en santé et la justice sociale; professeure adjointe au Département de sociologie; directrice du laboratoire d’études intersectionnelles sur le handicap (Spatializing Care: Intersectional Disability Studies Lab)
Organisme employeur actuel : Université St. Francis Xavier
Lieu de l’emploi : Antigonish (Nouvelle-Écosse)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Nova Scotia Health Authority Continuing Care-Research
Formation universitaire : PhD

IJe suis titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur l’équité en santé et la justice sociale, et professeure de sociologie à l’Université St. Francis Xavier (St.F.X.) à Antigonish (Nouvelle-Écosse). Je donne des cours concernant les politiques intersectorielles en santé, les politiques sociales, le handicap et la culture, ainsi que la race et les identités. Je dirige des travaux de recherche collaboratifs et interdisciplinaires sur les services et les politiques de santé dans le domaine du vieillissement, sous l’angle des déterminants sociaux de la santé. Ces travaux portent sur la marginalité, la santé mentale, la ruralité et la résilience tout au long de la vie, en tant que questions relatives à l’équité en santé et à la justice sociale. L’objectif global de ces travaux de recherche est de produire des connaissances afin d’améliorer la qualité des soins en santé mentale, ainsi que la santé mentale et le bien-être personnels tels que perçus par diverses populations vivant en milieu rural, plus particulièrement au Canada atlantique. Je travaille en partenariat avec des chercheurs d’autres universités, des titulaires d’une BAISS, anciens et actuels, des organismes communautaires, des décideurs du système de santé, ainsi que des étudiants et des stagiaires du laboratoire d’études intersectionnelles sur le handicap. En outre, je travaille en étroite collaboration avec des collègues au Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé et au Coady International Institute, tous deux basés à St.F.X. Mon travail me donne l’occasion d’apprendre, au contact des collectivités et avec elles, ce que veut dire la santé, pourquoi celle-ci est importante, à quels problèmes de santé on doit donner la priorité et comment on doit s’y attaquer. Les compétences en leadership, en mentorat et en collaboration que j’ai acquises grâce à la formation reçue dans le cadre du programme de BAISS m’ont été extrêmement précieuses pour décrocher mon emploi et progresser au sein de celui-ci. Je conseille aux étudiants actuels de chercher des occasions qui les aideront à nouer des relations ainsi qu’à créer des ponts entre les établissements et entre les organisations.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Heather Campbell-Enns

Titre : Professeure adjointe de psychologie
Organisme employeur actuel : Université mennonite canadienne
Lieu de l’emploi : Winnipeg (Manitoba)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Santé, Aînés et Vie active (Manitoba)
Formation universitaire : PhD
Coordonnées : Twitter @hcampbellenns

IJe suis professeure adjointe, et j’aime la variété qui caractérise le travail universitaire et les interactions avec un grand nombre de personnes. Mes recherches portent sur les expériences vécues par les personnes âgées et leurs aidants naturels. Je donne aussi des séminaires de première année et de niveau supérieur, et je consacre beaucoup de temps à former des étudiants à la recherche. Après avoir transféré mon programme de recherche de ma BAISS à l’université, j’ai reçu une subvention des IRSC et une subvention de Recherche Manitoba pendant ma première année.

Ma BAISS m’a préparée pour ce poste en me mettant en contact avec un réseau de décideurs et de chercheurs avec qui je collabore encore aujourd’hui. Ce réseau me rend responsable de mener des travaux de recherche qui répondent à des questions posées par le système de santé ou créent des solutions aux lacunes existantes en matière de soins.

Être titulaire d’une BAISS était important pour moi parce que je voulais me renseigner sur un champ d’études particulier qui n’était pas couvert par mes études de doctorat, et que je voulais explorer les options de carrière dans ce domaine. J’encourage les autres titulaires d’une BAISS à être ouverts aux nombreuses occasions offertes, mais aussi à faire preuve de discernement. Explorez les occasions qui se présentent, mais n’ayez pas peur de mettre de côté celles qui ne vous conviennent pas ou celles qui ne vous permettront pas d’obtenir des résultats tangibles. Vous devez vous investir dans votre stage de bourse, mais n’oubliez pas d’être vous-mêmes, et prenez le temps de comprendre qui vous êtes en train de devenir en tant que chercheur indépendant.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Olivier Demers-Payette

Titre : Professionnel scientifique en méthodologie
Organisme employeur actuel : Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS)
Lieu de l’emploi : Montréal (Québec)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) / École de Santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM)
Formation universitaire : PhD en santé publique, M.Sc. en administration des services de santé
Coordonnées : LinkedIn

En tant que professionnel scientifique en méthodologie, j’aide mon organisation à accroître la participation des patients et du public à l’évaluation des technologies de la santé (ETS). Je conseille des équipes de projet concernant la mise en œuvre de pratiques exemplaires dérivées de la recherche qualitative et participative. Je dirige des innovations méthodologiques visant à améliorer la mobilisation et l’intégration de la perspective des patients et du public au sein de mon organisation ainsi qu’à mieux comprendre leur importance relativement à l’ETS. En outre, je travaille sur les indicateurs stratégiques de l’INESSS et sur son évaluation d’impact. Je collabore avec diverses équipes au sein de l’INESSS, mais aussi avec des représentants d’initiatives pancanadiennes et internationales. Mon travail est loin d’être routinier!

Mon emploi combine mon intérêt pour les questions relatives aux innovations médicales, à l’amélioration du système de santé et de services sociaux, et à la participation des patients et des citoyens aux choix qui concernent les technologies de la santé, alors je peux dire que j’ai de la chance! À l’INESSS, j’ai le sentiment que je peux avoir un impact réel et systémique. Vu la variété de projets d’évaluation que je réalise en collaboration avec des personnes compétentes et dévouées, les occasions d’apprendre sont infinies.

Puisque l’INESSS m’a accueilli durant mon stage de bourse, le programme de BAISS a forcément contribué à tout ce qui précède! Au-delà de la possibilité de démontrer ce que vous pouvez faire, le programme vous permet de réfléchir sur vos compétences professionnelles et de prendre des mesures pour en acquérir d’autres, grâce à l’aide avisée d’un mentor institutionnel. Il vous permet aussi de devenir membre d’une communauté dynamique de jeunes chefs de file.

Plusieurs occasions se présenteront durant votre stage de bourse. N’hésitez pas à sortir de votre zone de confort et à essayer quelque chose de nouveau!

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Lindsay Hedden

Titre : Professeure adjointe, directrice scientifique adjointe
Organisme employeur actuel : Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser, Réseau universitaire des sciences de la santé de la Colombie-Britannique
Lieu de l’emploi : Vancouver et Victoria (Colombie-Britannique)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Ministère de la Santé de la Colombie-Britannique
Formation universitaire : PhD, M.Sc.
Coordonnées : Twitter @LindsayKHedden

Dans mon rôle au Réseau universitaire des sciences de la santé de la Colombie Britannique (C. B.), j’œuvre à la jonction de la recherche, de la pratique et de la politique, effectuant un travail fondamental pour la création, la mise en œuvre et l’évaluation du modèle d’apprentissage au sein du système de santé de la province. Parallèlement, je continue de diriger un programme de recherche indépendant axé sur les soins de première ligne à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser.

Ma bourse d’apprentissage en matière d’ISS, qui a rendu possible un stage au ministère de la Santé de la C. B., a été cruciale pour me préparer à ce travail. Elle m’a permis d’acquérir une expérience approfondie dans un cadre politique où la cadence est rapide, et d’être en contact avec des responsables des politiques et des décideurs avec lesquels je continue à travailler dans mon rôle actuel. Elle m’a également aidée à développer mes compétences en matière de leadership, de communication et de gestion de projet, qui sont essentielles pour travailler dans un environnement de recherche appliquée/partenariale.

Mon conseil aux étudiantes et étudiants diplômés actuels est de reconnaître qu’il existe diverses façons d’appliquer ses compétences théoriques et intellectuelles au-delà des rôles universitaires traditionnels. Les carrières mixtes, comme la mienne, et d’autres qui sont complètement en dehors du milieu universitaire traditionnel – sont heureusement de plus en plus courantes. Il faut être ouvert à l’idée d’explorer ces options. Par ailleurs, je ne saurais trop insister sur l’importance de bâtir ses réseaux hors du monde universitaire. Un réseau pluridisciplinaire et multiprofessionnel de mentors et de collaborateurs peut ouvrir bien des portes.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Sameera Hussain

Titre : Analyste principale des politiques
Organisation d’attache actuelle : Agence de la santé publique du Canada, Bureau des politiques et de la planification stratégiques
Lieu de l’emploi : Ottawa (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Société canadienne de santé internationale/Université d’Ottawa
Formation universitaire : PhD (Santé publique)
Coordonnées : Twitter @SameeraHussa1n, LinkedIn

Monoparentale avec trois enfants – ce qui est aussi pas mal un travail à temps plein –, je suis contractuelle à temps plein pour la réponse et le redressement face à la COVID-19 au sein de l’Agence de la santé publique du Canada. Je me trouve au cœur de l’action, soit au Bureau des politiques et de la planification stratégiques. Une journée typique au sein de l’équipe Recherche et analyse consiste à préparer des notes d’information pour la ministre, à effectuer des analyses contextuelles de la recherche émergente, et à mettre en place des processus d’innovation en matière de politiques à l’Agence. En gros, mon rôle est celui de courtière du savoir et d’innovatrice pour arrimer efficacement la recherche de pointe dans la sphère des politiques.

Je continue aussi d’être active comme chercheuse. Avec des partenaires de l’Université de Toronto, j’ai préparé une demande fructueuse de subvention Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour l’étude des stratégies pangouvernementales relatives aux objectifs de développement durable des Nations Unies, sous l’angle particulier de la santé et du bien être. Je fais partie du comité de rédaction du Globalization and Health Journal, dans lequel j’ai récemment publié un numéro hors série sur les approches intersectorielles de la santé (en anglais seulement) grâce à ma bourse et à l’aide financière de l’Alliance pour la recherche sur les politiques et les systèmes de santé de l’Organisation mondiale de la santé.

La bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé m’a permis d’enrichir mes compétences de base, notamment en leadership, en gestion du changement et en application des connaissances. Je recommande le programme aux personnes portées vers l’action qui souhaitent que les politiques prennent appui sur une science de qualité.

À l’Agence, j’aime particulièrement ce qui me permet dans mon travail – par delà les frontières entre le monde universitaire, la société civile et les cercles décisionnels – d’aider par mes compétences uniques le pays à se remettre de la crise sanitaire mondiale actuelle.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Andriy Koval

Titre : Professeur adjoint
Organisme employeur actuel : Université Central Florida
Lieu de l’emploi : Orlando (Floride)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Observatoire de la santé publique et populationnelle/Université de la Colombie Britannique
Formation universitaire : PhD
Coordonnées : Andriy Koval (en anglais seulement)

J’étudie la façon dont les gens utilisent les systèmes de santé au cours de leur vie. Comme professeur adjoint au Département de gestion de la santé et d’information de l’Université Central Florida, je combine ma formation en modélisation longitudinale, en analytique reproductible et en visualisation des données pour examiner l’utilisation des services de santé par les patients. J’enseigne en analytique des soins de santé, en amélioration de la qualité et en biostatistique. La beauté de la chose quand on est statisticien, comme le faisait remarquer John Tukey, c’est qu’« on peut jouer dans la cour de tout le monde ». Je peux certainement dire que c’est vrai dans mon cas. Je consacre beaucoup de mon temps à établir et à entretenir des relations avec des partenaires communautaires locaux : le réseau des services aux sans-abris du centre de la Floride, le Département de la santé du comté d’Orange et Affaires des anciens combattants à Orlando, ainsi qu’avec divers groupes de recherche à l’université même. Mon rôle dans la plupart des projets consiste à concevoir des protocoles de collecte de données et des flux de travail analytiques, ce qui inclut la visualisation des données et la modélisation statistique avec des outils de recherche reproductibles comme RStudio et GitHub. Une des compétences les plus précieuses que ma bourse d’apprentissage m’a permis d’acquérir en tant que chercheur intégré est l’art de la communication interdisciplinaire. La combinaison de compétences spécialisées dans des projets appliqués, alors que l’apprentissage se poursuit, est la clé pour avoir un impact et rester enthousiaste par rapport à ce que l’on fait. Une carrière de chercheur, je m’en rends de plus en plus compte, est un marathon, un effort soutenu, dont le succès dépend de notre capacité de bien nous stimuler intellectuellement et de bénéficier du soutien moral de notre environnement social.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Jonathan Lai

Titre : Directeur des opérations et de la stratégie
Organisme employeur actuel : ACTSA
Lieu de l’emploi : Toronto (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Fondation Miriam
Formation universitaire : MSc, PhD
Coordonnées : Twitter @drjonlai, LinkedIn

Je suis directeur des opérations et de la stratégie à l’Alliance canadienne des troubles du spectre de l’autisme (ACTSA), un regroupement d’organisations du domaine de l’autisme. Je gère toutes les facettes des activités de l’ACTSA. De concert avec les intervenants, dans une démarche axée sur les répercussions collectives, j’assiste le gouvernement fédéral dans l’élaboration d’une stratégie nationale sur l’autisme. J’établis un consensus chez les intervenants, rapproche les organisations et intègre les données probantes aux politiques.

Ce n’est jamais ennuyant. L’établissement de stratégies dans un environnement complexe est un processus itératif. Je ne fais pas de recherche moi-même, mais je travaille avec des chercheurs à la création d’un système qui apprend efficacement et rapidement. Mon travail exige des aptitudes en gestion de projets et en analyse, que nous aiguisons tous durant la formation. Le leadership et les compétences en animation sont aussi essentiels. Mais par-dessus tout, l’humilité est cruciale pour rester réaliste et s’améliorer comme dirigeant. Par le passé, le leadership relevait d’un rôle; dans l’économie du savoir, il relève d’un choix.

La BAISS me donne à développer ces aptitudes en me permettant de les mettre en pratique et de me les approprier dans divers contextes. Grâce à ma bourse, j’ai pu étendre mon réseau et décrocher mon poste. Mon conseil à la relève : « Reconnaître les obstacles qui nous empêchent de progresser, c’est accepter d’échouer dans les premiers temps. Soyez ouverts aux nouvelles possibilités durant votre formation; cela pourrait changer votre perception de vous-mêmes et votre carrière! »

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Matthew Menear

Poste : Chercheur
Organisme employeur actuel : Centre de recherche en santé durable - VITAM
Lieu de l’emploi : Québec (Québec)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : INESSS
Formation universitaire : PhD en santé publique
Coordonnées : Matthew Menear

Je suis actuellement chercheur au Centre de recherche en santé durable - VITAM, et professeur auxiliaire au Département de médecine familiale et de médecine d’urgence de l’Université Laval, à Québec. La recherche représente environ 95 % de mon travail, mais j’enseigne aussi un peu et siège à des comités. J’ai eu la chance de connaître différents types d’emplois en soins de santé dans ma carrière, mais je me sens finalement plus à l’aise dans un rôle universitaire. Depuis plus de 20 ans, je fais de la recherche sur divers sujets liés à la santé mentale – de la recherche plus fondamentale en neurosciences à mes débuts jusqu’à la recherche plus appliquée sur les services et politiques de santé que je mène actuellement. Depuis les 10 dernières années, mon principal intérêt est le renforcement des services de santé mentale dans les soins de première ligne. Cela cadre avec ma formation en santé publique, mais aussi avec mon expérience personnelle, ayant vu des gens près de moi travailler dans le secteur des soins de première ligne, et d’autres chercher à obtenir des services de santé mentale dans ces milieux. Ce qui me motive, c’est d’agir contre l’injustice que tant de gens avec des problèmes de santé mentale courants continuent d’avoir des expériences de soins si négatives. Je considère comme un privilège de faire de la recherche qui me permet de collaborer avec des cliniciens, des gestionnaires et des responsables des politiques dans le but d’améliorer notre système de santé. Mon stage à l’INESSS m’a réellement aidé à comprendre plus rapidement comment le changement dans le système de santé peut se produire, quels sont les obstacles à surmonter, et surtout, quelles sont les conditions nécessaires pour permettre de réelles améliorations.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Frances Morton-Chang

Poste : Directrice des services aux aînés et de l’aide à la vie autonome
Organisme employeur actuel : WoodGreen Community Services
Lieu de l’emploi : Toronto (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : AdvantAge Ontario
Formation universitaire : PhD
Coordonnées : PubMed, Twitter @FMCconsulting, LinkedIn

Comme chercheuse intégrée à AdvantAge Ontario pour ma bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé des IRSC, j’ai eu le privilège d’étudier les campus pour aînés – modèles innovants de continuum de soins qui regroupent en un même lieu des logements pour résidents à revenus mixtes et des services de soutien communautaires avec les soins de longue durée. Aux fins d’une étude de cas comparative, j’ai visité six campus dans la province, où j’ai mené des entrevues avec des fournisseurs et des organisations partenaires et pu profiter d’une gamme d’activités et de commodités.

Cette recherche a mis en évidence de nombreux avantages sur les plans individuel, organisationnel et systémique, ainsi qu’un certain nombre de possibilités et d’obstacles en matière de politiques. L’expérience m’a incitée à accepter le rôle de directrice des services aux aînés et de l’aide à la vie autonome à Woodgreen (WG) Community Services (en anglais seulement), où je supervise un vaste portefeuille de services et de soutien communautaires essentiels (p. ex. logement avec services de soutien/aide à la vie autonome/soins collectifs, repas à domicile, transport, soutien au bien-être des aidants, programmes de jour pour adultes, centres de vie active pour aînés). En tant qu’universitaire-praticienne, je dirige une équipe dévouée (je dirais même, héroïque) un pied sur le terrain, l’autre dans le milieu universitaire. Cela me permet d’appliquer en temps réel des recherches fondées sur des données probantes.

Je suis fière de travailler dans un sous secteur qui aide avec créativité et passion les personnes âgées à continuer à vivre dans leur communauté le plus longtemps possible de façon sécuritaire et autonome, et de mettre en valeur ce sous secteur, en particulier dans la nouvelle réalité de la COVID 19. C’est en outre très gratifiant de travailler en collaboration avec des partenaires multiples et variés par l’intermédiaire des East Toronto Health Partners, dont certains ont une expérience vécue, pour faciliter la vie le plus possible aux clients, aux aidants et au personnel dans tous les parcours et milieux de soins.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Kiran Pohar Manhas

Titre : Directrice scientifique adjointe
Organisme employeur actuel : Services de santé de l’Alberta
Lieu de l’emploi : Calgary (Alberta)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Services de santé de l’Alberta
Formation universitaire : BSc(Pharm), MSc, JD, PhD
Coordonnées : Twitter @kiranmanhas2

Je suis directrice scientifique adjointe du Neurosciences, Rehabilitation and Vision Strategic Clinical NetworkMD des Services de santé de l’Alberta (SSA). Formé d’équipes de patients, de cliniciens, de dirigeants et de chercheurs, ce réseau intègre les données à la pratique et améliore les soins et la santé à l’échelle systémique et provinciale. En gros, mon rôle consiste à enrichir et à stimuler le milieu de la recherche en neurosciences, réadaptation et vision par le renforcement des capacités et la mobilisation, ainsi qu’à mener à bien des recherches liées aux priorités stratégiques du réseau en assumant des responsabilités de chercheuse principale, de cochercheuse ou de collaboratrice. La synthèse des connaissances, les sondages qualitatifs et les groupes de discussion, les enquêtes et les analyses de données secondaires font partie de mon quotidien. J’adore travailler sur des projets provinciaux qui aident les SSA à intégrer la recherche et les données à la pratique (p. ex. créer des cheminements cliniques normalisés), et j’aime faire de la recherche et du mentorat. Toutes les compétences acquises durant mon postdoctorat financé par une BAISS auprès des SSA me sont utiles – communications, dialogue, analyse de données, analyse de systèmes et de politiques de santé, négociation, résolution de conflits, gestion du changement et application des connaissances. L’obtention de mon poste découle directement de ma BAISS auprès des SSA, car c’est pendant ces travaux que j’ai élargi mon réseau et mené des recherches utiles aux SSA qui m’ont ouvert la porte à cette occasion et au succès. Mon conseil à la relève : « Saisissez les occasions d’avancer : rencontrez des gens et montrez-leur ce dont vous êtes capables! »

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Stephanie Prince Ware

Titre : Chercheuse
Organisme employeur actuel : Agence de la santé publique du Canada
Lieu de l’emploi : Ottawa (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Agence de la santé publique du Canada
Formation universitaire : MSc, PhD
Coordonnées : Twitter @SPrinceWare

Je suis chercheuse au Centre de surveillance et de recherche appliquée de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Mon rôle principal consiste à élaborer et à diriger des projets de recherche en santé des populations qui sont d’intérêt pour les politiques. Je joue également un rôle consultatif et collaboratif dans des projets intragouvernementaux ou dirigés par des parties externes. Mon travail éclaire les liens entre la science et les politiques au sein de l’ASPC ainsi que de divers ministères et avec le milieu scientifique dans son ensemble. Ma recherche porte sur la mesure de l’activité physique et du comportement sédentaire, les déterminants de ces comportements, y compris les facteurs dans l’environnement bâti, ainsi que les interventions relatives aux comportements en matière de santé, notamment l’évaluation des expériences naturelles. Mon travail me plaît vraiment et je me trouve très chanceuse de pouvoir faire ce que j’aime chaque jour : de la recherche! Les travaux que j’entreprends ont des impacts directs et pertinents sur les politiques, et le fait d’être une chercheuse au sein de la fonction publique me permet de voir directement l’incidence de mes travaux. Je suis également chanceuse de profiter de ma bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé à l’ASPC. Cette bourse m’a procuré une chance incroyable de vivre une expérience d’intégration au sein du gouvernement. Jusque là, j’avais passé la plus grande partie de ma carrière dans le milieu universitaire, et j’étais curieuse de savoir si d’autres débouchés pouvaient me convenir. La bourse m’a permis d’étendre mes réseaux, d’acquérir de nouvelles compétences par une formation structurée et non structurée, et de mieux connaître le processus d’élaboration des politiques, avec les données probantes nécessaires, de même que les mécanismes de surveillance et de rapport dans l’administration fédérale. Le meilleur conseil que je puisse donner aux étudiants diplômés actuels qui envisagent d’éventuelles options de carrière est de rester ouvert à toutes les possibilités, y compris hors du monde universitaire. Il existe de nombreuses possibilités gratifiantes et impressionnantes.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Margaret Saari

Titre : Clinicienne-chercheuse
Organisme employeur actuel : SE Health
Lieu de l’emploi : Markham (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : SE Health
Formation universitaire : I.A., PhD
Coordonnées : Twitter @TrifectaRN

« Ne vous limitez pas aux emplois qui existent déjà. Trouvez vos forces, votre passion, ce que vous pouvez apporter de plus utile à une organisation, et proposez ce rôle. Au pire, votre démarche n’aboutira pas. Au mieux, vous aurez votre emploi de rêve. »

Après mon stage rendu possible par ma bourse d’apprentissage en matière d’ISS, j’ai obtenu mon « emploi de rêve » comme clinicienne chercheuse à SE Health. C’est un rôle de leadership unique qui allie ma passion pour la recherche et la pratique professionnelle, où l’accent est mis sur l’amélioration de la santé des gens et des soins qu’ils reçoivent. Comme clinicienne chercheuse intégrée, j’aime être connectée aux activités quotidiennes d’une organisation de soins aussi importante, car cela me permet de mieux comprendre les enjeux pour les clients, le personnel de première ligne, les dirigeants en santé et l’organisation elle même. Une journée de travail typique consiste à rencontrer des partenaires internes et externes pour coproduire des recherches, trouver et tester des solutions, examiner des analyses de données, et aider le personnel et les gestionnaires de première ligne à utiliser les données pour guider la pratique. La nature itérative de mon travail signifie que nous pouvons rapidement apprendre des réussites et voir les possibilités d’amélioration. Faire partie d’une entreprise sociale comme SE Health me permet non seulement de me concentrer sur l’amélioration de nos propres soins et programmes, mais aussi d’assurer une large diffusion des connaissances que nous acquérons afin d’améliorer les soins pour tous les Canadiens. Les possibilités d’apprentissage offertes par cette bourse m’ont aidée à me mettre à la tâche sans tarder.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Asif R. Khowaja

Titre : Professeur adjoint
Organisme employeur actuel : Université Brock
Lieu de l’emploi : St. Catharines (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Conseil de la sécurité des patients et de la qualité de la C.-B.
Formation universitaire : Ph.D, M.Sc., B.Sc.inf.
Coordonnées : LinkedIn

Après avoir terminé mon stage postdoctoral (BAISS) au Conseil de la sécurité des patients et de la qualité de la Colombie-Britannique, j’ai vécu un grand changement : je me suis joint au Département des sciences de la santé appliquées de l’Université Brock, en Ontario. Mes travaux de recherche portent surtout sur l’évaluation économique des technologies de soins de santé et des interventions en santé publique. Dans le cadre du projet financé par ma bourse de recherche, j’ai analysé un grand bassin de données administratives (14 millions d’enregistrements), ce qui m’a donné confiance en ma capacité de manipuler des données complexes. Les apprentissages des activités de perfectionnement professionnel et les occasions de réseautage offertes par la BAISS m’ont bien préparé à cette carrière stimulante. Dans mon poste actuel, je prépare – et je donne – des cours d’économie de la santé, et j’offre du mentorat à des stagiaires. Je mène également des recherches interdisciplinaires en collaboration avec des membres du corps professoral. J’aime travailler avec une équipe multidisciplinaire. Mon meilleur conseil pour les étudiants des cycles supérieurs? Choisir une carrière où ils pourraient s’amuser et rester eux-mêmes. La clé du succès? Réseauter et adopter un état d’esprit axé sur la croissance!

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Allana LeBlanc

Titre : Épidémiologiste et biostatisticienne
Organisme employeur actuel : Agence de la santé publique du Canada
Lieu de l’emploi : Ottawa (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, Modèle d’Ottawa pour l’abandon du tabac (MOAT)
Formation universitaire : PhD
Coordonnées : Twitter @AllanaLeBlanc

Je suis épidémiologiste et biostatisticienne à la Division de la santé mondiale et des lignes directrices de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Je travaille principalement sur l’élaboration de recommandations pour la pratique clinique visant la population avec d’autres cliniciens du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Notre travail a un effet direct sur la prévention et le traitement des maladies au pays. J’aime être capable de retracer le parcours des données probantes, depuis les essais cliniques jusqu’à la formulation de recommandations concises. Avant de travailler à l’ASPC, j’ai fait un stage postdoctoral avec l’équipe du Modèle d’Ottawa pour l’abandon du tabac à l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa. Mon projet consistait à travailler sur l’établissement des priorités pour la communication sur la consommation de cannabis pendant le processus de légalisation. Mon travail avec la haute direction m’a aidée à gagner en confiance, à gérer plusieurs projets aux échéanciers serrés et à condenser beaucoup d’information dans une présentation éclair de deux minutes. Les travaux réalisés grâce à ma bourse de recherche ont eu un effet direct sur l’acquisition de compétences dont j’ai besoin dans mon emploi actuel et que j’utilise au quotidien. Mon meilleur conseil pour les étudiants et les récents diplômés? Élargissez votre réseau. Trouvez un (ou plusieurs) mentor qui voudra discuter des options qui s’offrent à vous : vous ne pouvez pas tout savoir!

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Jennifer McConnell-Nzunga

Titre : Analyste
Organisme employeur actuel : Statistique Canada
Lieu de l’emploi : Regina (Saskatchewan)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Réseau de santé des enfants de la Colombie-Britannique
Formation universitaire : M.H.H.S., PhD, PMP
Coordonnées : LinkedIn

Je suis analyste à Statistique Canada et je travaille au Centre de données de recherche de l’Université de Regina. À ce titre, je suis responsable du fonctionnement du Centre, où j’aide les chercheurs à préparer leurs propositions de projet, j’administre l’accès au Centre, j’offre des conseils sur les méthodes et les données de recherche, j’analyse les produits de la recherche afin qu’ils respectent les critères de confidentialité, je supervise des employés et je participe à divers comités pour aider la Division de l’accès aux données de Statistique Canada. De plus, je poursuis activement mes propres projets de recherche spéciaux et je mène actuellement une étude à l’aide de données d’enquêtes sur la santé de la population canadienne auxquelles j’intègre des données sur la mortalité et les hospitalisations.

Le programme des Centres de données de recherche est le fruit d’un partenariat entre plusieurs organismes différents, mais au quotidien, je travaille surtout avec le milieu de la recherche à l’Université de Regina et notre équipe à Statistique Canada. J’aime que ce rôle me donne l’occasion de prendre part à des projets de recherche locaux et d’aider des étudiants à rédiger leur thèse, tout en contribuant à des initiatives visant à façonner notre programme, notre direction et notre organisme national. Le programme de BAISS m’a bien préparée à ce rôle : j’ai appris à travailler avec des organismes partenaires, à trouver l’équilibre entre des rôles et des exigences variés, et à assumer la direction de grands projets. Grâce aux possibilités de perfectionnement professionnel offertes par la bourse, j’ai aussi acquis de nouvelles compétences en gestion de projet et en leadership organisationnel. Mon conseil à la relève : diversifiez vos compétences et vos expériences en travaillant avec des équipes interdisciplinaires et intersectorielles, et consacrez-vous à des activités de perfectionnement professionnel au-delà de votre domaine d’expertise.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dr Clayon Hamilton

Titre : Responsable de la pratique régionale en recherche et application des connaissances (soins de longue durée)
Organisme employeur actuel : Autorité sanitaire Fraser
Lieu de l’emploi : Surrey (Colombie-Britannique)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Ministère de la Santé de la Colombie-Britannique
Formation universitaire : M.Sc., PhD
Coordonnées : Twitter @Dr_Clayon, LinkedIn

Je suis responsable de la pratique régionale en recherche et en application des connaissances à l’Autorité sanitaire Fraser, où je travaille principalement sur l’amélioration de la qualité des soins de longue durée. À ce titre, j’encourage sur tout le territoire de l’autorité sanitaire l’approche scientifique, l’accroissement de la visibilité et de la participation aux activités de recherche et d’application des connaissances, et l’amélioration de l’utilisation de données probantes dans la pratique et les processus décisionnels. C’est pour moi un rêve qui se concrétise de me retrouver ainsi au carrefour de la recherche, de la planification des services, de la prestation des soins et des politiques dans un système d’apprentissage de soins de longue durée. J’adore travailler avec de multiples intervenants et contribuer à façonner le système de soins de santé.

Grâce à ce rôle, je connais mieux les défis et les possibilités d’amélioration à plusieurs niveaux du système. Par mon approche systémique, je m’assure que les initiatives d’amélioration de la qualité mettent en œuvre des changements réfléchis et factuels qui appellent la participation d’acteurs clés (dont des travailleurs de première ligne); je recueille les mesures de résultats pertinentes; et je saisis les occasions d’appliquer les changements réussis dans le reste de la région de l’autorité sanitaire et de la province.

Durant mon programme au ministère de la Santé de la Colombie-Britannique, j’ai perfectionné l’application de compétences universitaires à des politiques et au système de santé, maintenu mon intégrité scientifique et pris conscience de la contribution des facteurs externes à la recherche sur l’amélioration du système de santé. Mon conseil aux étudiants? En parallèle avec le développement de vos compétences universitaires et professionnelles, réseautez avec des gens au parcours qui correspond à vos objectifs de carrière. Être un bon meneur et un bon équipier se révèle également essentiel.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Ivy Cheng

Titre : Urgentologue (Centre des sciences de la santé Sunnybrook); directrice de la recherche et des activités scientifiques du service d’urgence (Centre des sciences de la santé Sunnybrook); clinicienne-chercheuse et professeure adjointe (Université de Toronto); conseillère clinique, Analyse avancée (Institut canadien d’information sur la santé); spécialiste en médecine sportive (Cleveland Clinic Canada Midtown)
Organisme employeur actuel : Centre des sciences de la santé Sunnybrook / Université de Toronto
Lieu de l’emploi : Toronto (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Centre des sciences de la santé Sunnybrook
Formation universitaire : M.D., M.Sc., PhD, FRCP, FACEM, dABEM DipSM DiMM

Je suis urgentologue et directrice de la recherche et des activités scientifiques du service d’urgence au Centre des sciences de la santé Sunnybrook, de même que clinicienne-chercheuse et professeure adjointe à l’Université de Toronto. Je consacre mon temps à la pratique de la médecine, à la promotion des activités de recherche du Centre Sunnybrook et à la publication universitaire. Je me concentre sur l’achalandage aux services d’urgence, les grands utilisateurs des services d’urgence, les aînés à la santé fragile et les soins palliatifs, un sujet que j’étudie maintenant dans le contexte de la COVID-19. En tant que directrice du Centre Sunnybrook, je facilite et favorise la contribution scientifique de notre département. Pour ce faire, je m’emploie à créer un réseau interprofessionnel constitué de professeurs universitaires, de spécialistes de l’amélioration de la qualité, de chercheurs et de fournisseurs de soins de santé. Ce que je préfère de mon travail, c’est la collaboration et le réseautage. J’aime aider les autres à atteindre leurs objectifs universitaires, et en tant que clinicienne-chercheuse, je collabore régulièrement avec des collègues à l’échelle régionale, nationale et internationale (Suède, Australie). J’ai été formée au Centre Sunnybrook et j’y travaille depuis plus de 20 ans. Je crois en la qualité des soins que nous fournissons ainsi qu’en mes collègues, et je suis déterminée à contribuer au plan stratégique de l’établissement.

La formation sur les compétences de base de la BAISS a été essentielle pour me préparer à mon rôle de directrice, qui demande des aptitudes de leadership, de réseautage, de communication et de gestion. Pour se frayer un chemin dans le monde universitaire, la formation doctorale est importante. Être clinicienne me donne un point de vue qui me permet de comprendre la culture organisationnelle. J’encourage vivement les étudiants des cycles supérieurs à devenir chercheurs en poste, et la BAISS constitue une bonne préparation pour y arriver!

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Melissa Northwood

Titre : Professeure adjointe
Organisme employeur actuel : Université McMaster
Lieu de l’emploi : Hamilton (Ontario)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : SE Health
Formation universitaire : IA, PhD
Coordonnées : Twitter @northwoodRN, Melissa Northwood (en anglais seulement)

Je suis professeure adjointe à l’École de sciences infirmières de l’Université McMaster, à Hamilton (Ontario). À ce titre, j’enseigne aux étudiants de premier cycle du baccalauréat en sciences infirmières et je dirige un programme de recherche sur l’intégration des soins au sein du système de santé pour les personnes âgées présentant une complexité clinique et leurs proches aidants. Mon objectif? Mener des recherches hautement intégrées avec des partenaires de la santé et des services sociaux afin d’améliorer le bien-être des personnes âgées et de leurs proches aidants, mais aussi les soins infirmiers qui leur sont prodigués et leur intégration au système de santé. Mon angle d’approche et ma préparation pour ce programme ont été influencés par l’expérience que ma procurée ma BAISS dans un centre de recherche d’un organisme national de soins à domicile. Cette expérience m’a donné l’occasion d’apprendre à transposer la recherche à un contexte de fournisseur de soins à domicile et de collaborer avec une équipe interprofessionnelle qui enrichit sa pratique clinique par l’application de nouveaux modèles de prestation de soins. De plus, avec le soutien de mon superviseur du programme BAISS à l’Université de Waterloo, j’ai été en mesure d’obtenir des subventions pour entreprendre des projets de mise en place d’une évaluation de la surveillance de la COVID-19 dans des services communautaires et spécialisés en gériatrie. J’ai également créé un réseau interprofessionnel de chercheurs, de dirigeants et de cliniciens – y compris d’autres titulaires d’une BAISS – avec qui je prévois collaborer encore longtemps. Je recommande vivement cette expérience postdoctorale à d’autres étudiants des cycles supérieurs : elle leur apprendra à créer des connaissances applicables et utiles aux efforts d’amélioration du système de santé.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Dre Christine Cassidy

Titre : Professeure adjointe
Organisme employeur actuel : Université Dalhousie
Lieu de l’emploi : Halifax (Nouvelle-Écosse)
Organisme d’accueil partenaire de la BAISS : Centre de soins de santé IWK
Formation universitaire : PhD, IA
Coordonnées : Twitter @cecassidyRN, CO LAB (en anglais seulement)

Je suis professeure adjointe à l’École des sciences infirmières de l’Université Dalhousie et scientifique affiliée au Centre de soins de santé IWK. Comme j’occupe un poste menant à la permanence, mon travail est axé sur la recherche, l’enseignement et le service (de l’université, de la communauté et de la profession infirmière). Dans une journée type, je touche un peu à ces trois domaines, mais je consacre la majorité de mon temps à la recherche. J’aime l’autonomie, l’interdisciplinarité et l’apprentissage continu qui vient avec un poste de professeur. Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est de travailler avec des étudiants des cycles supérieurs et de les aider dans leur parcours universitaire : j’ai alors l’impression que c’est à mon tour de redonner après tous les merveilleux mentors que j’ai eus au cours de ma carrière.

Au cours de mon programme à l’Université d’Ottawa et au Centre de soins de santé IWK, je me suis concentrée principalement sur l’application des connaissances intégrée et la mise en place de pratiques fondées sur des données probantes. Comme je suis devenue professeure adjointe à l’automne 2019, mon programme de recherche s’est développé à partir de mon partenariat avec le Centre de soins de santé IWK. Mon superviseur de la BAISS et moi avons encore régulièrement des rencontres de mentorat pour discuter des enjeux actuels et concevoir ensemble des études en fonction des priorités du Centre.

La BAISS m’a donné le temps et l’espace nécessaires pour acquérir d’excellentes compétences en leadership, en coproduction, en collaboration et en mobilisation. J’encourage les étudiants des cycles supérieurs à prendre le temps de développer ces compétences professionnelles, qui leur seront très utiles dans diverses carrières.

Pour en savoir plus, consultez mon profil de titulaire d’une bourse d’apprentissage en matière d’impact sur le système de santé

Date de modification :