Membres du conseil consultatif de l'IDSEA – Biographies

Anne Monique Nuyt (présidente)
Chef, Département de pédiatrie
Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHUSJ) et Faculté de médecine de l’Université de Montréal
Titulaire de la Chaire du Cercle de Sainte-Justine en origines développementales de la santé et des maladies
Professeure, Département de pédiatrie (Division de néonatalogie)
Faculté de médecine, Université de Montréal

La Dre Nuyt est néonatologiste au CHU Sainte-Justine, affilié à l’Université de Montréal. Elle a obtenu son doctorat en médecine et a fait sa résidence en pédiatrie à l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada). Elle a une sous-spécialité en médecine néonatale-périnatale obtenue à l’Université McGill. Aidée financièrement par le Conseil de recherches médicales du Canada, elle a suivi un programme de recherche à l’Université de l’Iowa et au Collège de France-INSERM. Elle a été nommée au CHU Sainte-Justine (Université de Montréal) en 1998, où elle occupe actuellement le poste de clinicienne-chercheuse principale. Sa recherche est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada (FMCA). Les travaux de la Dre Nuyt portent sur les mécanismes de programmation développementale de l’hypertension artérielle et du dysfonctionnement cardiovasculaire chez les enfants et les adultes nés bien avant terme. Son programme de recherche translationnelle va du travail expérimental sur des animaux aux études cliniques et épidémiologiques. Elle siège au conseil d’administration de diverses sociétés scientifiques (DOHaD Canada, International Society for Hypertension) et est membre de comités d’évaluation par les pairs (CIHR, FMCA, FRQS). Elle a reçu de nombreux prix pour son travail et aime encadrer des stagiaires et des professeurs en début de carrière.


Steven Miller (Vice-président)
Titulaire de la chaire en médecine pédiatrique de la famille Hudson
Titulaire de la chaire en médecine pédiatrique James & Annabel McCreary
Professeur et chef du Département de pédiatrie, Faculté de médecine, Université de la Colombie-Britannique
Chef de la médecine pédiatrique, Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique et Sunny Hill Health Centre for Children, Autorité provinciale des services de santé de la Colombie-Britannique

Le Dr Steven Miller (MDCM, MAS, FRCPC) est chef du Département de pédiatrie de l’Université de la Colombie-Britannique, où il est également professeur, et chef de la médecine pédiatrique à l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique et au Sunny Hill Health Centre for Children, au sein de l’Autorité provinciale des services de santé de la Colombie-Britannique. Il est titulaire de la chaire en médecine pédiatrique de la famille Hudson et de la chaire en médecine pédiatrique James & Annabel McCreary; il a déjà détenu la Chaire de recherche du Canada en neurosciences néonatales.

Le Dr Miller dirige une équipe multidisciplinaire avec qui il cherche à mieux comprendre le rôle des soins intensifs dans le développement du cerveau et les lésions cérébrales chez le nouveau-né. Son équipe et lui utilisent l’imagerie cérébrale avancée et le suivi détaillé à long terme pour aider les enfants prématurés ou aux prises avec une affection les prédisposant à un déficit neurologique ou à un trouble du développement. Ses travaux permettent de mieux comprendre les anomalies cérébrales causées directement par une naissance prématurée ou une asphyxie périnatale, ou indirectement par une maladie cardiaque congénitale. L’objectif ultime de son équipe est d’améliorer la santé des enfants et de leurs familles tout au long de la vie en favorisant des stratégies de prévention des lésions cérébrales et la guérison de celles-ci. Le Dr Miller appuie avec ferveur le perfectionnement professionnel des chercheurs en début de carrière qui œuvrent dans le domaine de la santé des enfants. Il a déjà été président de la Society for Pediatric Research.


Fabiana Bacchini
Directrice générale, Fondation pour bébés prématurés canadiens

Fabiana Bacchini est la directrice générale de la Fondation pour bébés prématurés canadiens. Elle est journaliste et auteure de From Surviving to Thriving, a Mother’s Journey Through Infertility, Loss and Miracles.

Lorsqu’elle était à l’unité néonatale de soins intensifs (UNSI) avec le survivant de ses jumeaux, extrêmement prématuré, elle a participé à une étude suivant le modèle de soins familiaux intégrés (FICare). Cette expérience l’a menée à faire beaucoup de bénévolat à l’UNSI de l’Hôpital Mount Sinai et à devenir ambassadrice de FICare, voyageant au Canada et à l’étranger pour faire part de son expérience de ce modèle de soins. Le diagnostic de paralysie cérébrale de son fils l’a d’autant plus incitée à être une ardente défenseure des bébés prématurés et de leur famille.

Aujourd’hui, Fabiana est conseillère au sein du comité directeur national de FICare, les Services ontariens des soins aux malades en phase critique (comité consultatif ontarien des soins intensifs néonataux), le Réseau BRILLEnfant, le comité de promotion du changement du Système de santé Sinai et le projet des soignants de la Change Foundation. Elle est membre du comité fondateur de la Global Alliance for Newborn Care (GLANCE).

Fabiana vit à Toronto avec son mari et ses deux fils.


Kristin Connor
Professeure agrégée, origines développementales de la santé et des maladies, Département des sciences de la santé, Université Carleton

La Dre Kristin Connor est professeure agrégée dans le domaine des origines développementales de la santé et des maladies au Département des sciences de la santé de l’Université Carleton. Après des études en génétique moléculaire et en nutrition (à l’Université de Guelph), elle a obtenu son doctorat en physiologie de la reproduction et du développement à la Faculté de médecine de l’Université de Toronto, où sa recherche a pris un tournant international. Elle a été chercheuse-boursière à l’Institut Liggins et au National Research Centre for Growth and Development, à Auckland (Nouvelle-Zélande), et chercheuse-boursière principale à l’Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de l’Hôpital Mount Sinai, à Toronto.

La Dre Connor dirige un programme de recherche interdisciplinaire et translationnelle visant à comprendre les trajectoires de développement suivies au début de la vie et la manière dont ces trajectoires sont établies et modifiées pour influencer la résistance aux maladies et le risque de maladie tout au long de la vie. La priorité de son équipe de recherche consiste à déterminer comment les conditions auxquelles nous sommes exposées au début de la vie – comme la nutrition sous-optimale et les pathologies maternelles (maladies inflammatoires ou infectieuses, comme l’insuffisance pondérale/obésité et les infections virales) – influencent la colonisation microbienne et le développement du placenta et du fœtus/bébé (y compris du cerveau et de l’intestin), et comment des interventions ciblant les microbes et la nutrition pourraient optimiser le déroulement de la grossesse ainsi que le développement et la santé des enfants. Elle dirige aussi une équipe internationale qui travaille à concevoir de nouveaux moyens de prédire les trajectoires de vulnérabilité et de résistance aux maladies et à déterminer comment appliquer cette information à la promotion de la santé et à l’amélioration des soins. Elle tire son financement d’organismes nationaux dont les IRSC, le CRSNG et la Fondation de recherche périnatale Molly‑Towell. Rédactrice en chef adjointe du Journal of Developmental Origins of Health and Disease, elle est aussi une membre dévouée de plusieurs sociétés scientifiques nationales et internationales, y compris DOHaD et la Society for Reproductive Investigation. Elle est ravie de pouvoir contribuer au comité consultatif de l’IDSEA.


Peter Gill
Pédiatre au Département de médecine pédiatrique de l’Hôpital pour enfants de Toronto
Professeur adjoint au Département de pédiatrie de l’Université de Toronto
Membre titulaire honoraire du Centre for Evidence-Based Medicine de l’Université d’Oxford

Le Dr Peter Gill est clinicien-chercheur au Département de médecine pédiatrique de l’Hôpital pour enfants de Toronto et professeur adjoint de pédiatrie à l’Université de Toronto. Il a obtenu son diplôme en médecine de l’Université de l’Alberta et un doctorat (philosophie) en soins de santé de première ligne, ainsi qu’une maîtrise ès sciences en soins et services fondés sur des données probantes à l’Université d’Oxford, grâce à une bourse Rhodes. Il est membre titulaire honoraire du Centre for Evidenced-Based Medicine et du Nuffield Department of Primary Care Health Sciences de l’Université d’Oxford. Il siège au conseil consultatif de rédaction du JAMC ainsi qu’au comité de rédaction de la revue BMJ Evidence-Based Medicine.

La recherche du Dr Gill est axée sur l’amélioration de la prise en charge de maladies infantiles à prévalence et à coûts cumulatifs élevés. Il est l’auteur de plus de 50 publications soumises à des comités de lecture et de 7 chapitres de livres portant sur une gamme de sujets , notamment la formation médicale, la recherche sur les services de santé et les soins cliniques. Il possède une expérience de la direction de revues systématiques, d’analyses de bases de données administratives, de l’établissement d’indicateurs de qualité, de méthodes consensuelles, d’entrevues qualitatives, d’études de cohorte et d’analyses diagnostiques prospectives. Le Dr Gill a également confondé PedsCases, site Web de formation médicale pédiatrique en libre accès, qui a enregistré plus de 2,5 millions de téléchargements de balados. Il a reçu de nombreux prix en reconnaissance de son leadership, notamment le Prix de l’étoile montante de l’ISPS des IRSC et le Prix de leadership pour jeunes chefs de file de l’Association médicale canadienne.


Sara Kirk
Professeure, Promotion de la santé
Directrice scientifique, Healthy Populations Institute
Université Dalhousie
Chercheuse affiliée au Centre de soins de santé IWK

La Dre Sara Kirk est professeure en promotion de la santé à l’Université Dalhousie, avec double affectation au Centre de santé IWK et à l’Université Mount Saint Vincent, à Halifax. Elle agit également comme chercheuse principale au Healthy Populations Institute de l’Université Dalhousie, chercheuse principale honoraire auprès du Beatrice Hunter Cancer Research Institute et membre du Children and Youth in Challenging Contexts Institute. Son programme de recherche explore la façon dont nous pouvons créer des milieux favorables à la prévention de maladies chroniques. Ses travaux de recherche se fondent sur une approche « socioécologique » qui tient compte de la façon dont le comportement d’une personne est modulé par d’autres facteurs plus importants, comme le revenu, les études et les normes sociétales.


Peter C. K. Leung
Professeur, Département d’obstétrique et de gynécologie
Université de la Colombie-Britannique

Le Dr Peter Leung est professeur d’obstétrique et de gynécologie et ancien doyen associé de la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC). Il est membre de la Société royale du Canada et de l’Association canadienne des sciences de la santé, ainsi que membre étranger de l’Académie coréenne des sciences et de la technologie.

Le Dr Leung détient un baccalauréat et une maîtrise ès sciences de la UBC et un doctorat en physiologie de l’Université Western Ontario. Après avoir reçu deux bourses de recherche postdoctorale du Conseil de recherches médicales à la UCLA et à l’Université Laval, il est retourné à la UBC à titre de membre du corps enseignant. Son programme de recherche comporte un axe majeur, le domaine des déterminants hormonaux de la santé et des maladies de la reproduction des femmes, en particulier la régulation autocrine et paracrine des fonctions des cellules ovariennes et placentaires.

Le Dr Leung est récipiendaire de nombreux prix, dont la bourse de chercheur émérite de la Fondation Michael-Smith pour la recherche en santé, la bourse de chercheur (niveau 3) de l’Institut de recherche de l’Hôpital pour enfants de la Colombie Britannique, le prix Killam pour la recherche (catégorie senior) de la UBC et le prix du diplômé émérite de l’École de médecine Schulich de l’Université Western. Il a été président de la Société canadienne de fertilité et d’andrologie, membre du CCI de l’Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC, administrateur de la Society for the Study of Reproduction et des Ovarian Workshops aux États-Unis, conseiller temporaire de l’Organisation mondiale de la santé et professeur invité honoraire d’établissements d’enseignement comme la Harvard Medical School, l’Université Fudan, l’Université de Zhejiang, le troisième hôpital de l’Université de Beijing et l’Institut de zoologie de l’Académie des sciences de Chine.


Sarah McDonald
Chaire de recherche du Canada
Professeure
Départements d’obstétrique et de gynécologie, de radiologie, et de méthodologie, données et impact de la recherche en santé.
Université McMaster

La Dre Sarah D. McDonald est professeure et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la prévention de l’obésité maternelle et infantile et les interventions connexes (niveau 2) au département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université McMaster. Après avoir obtenu son diplôme de médecine de l’Université de Toronto, elle a fait sa résidence en obstétrique et gynécologie à l’Université d’Ottawa et a obtenu une bourse de recherche en médecine fœtomaternelle à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto. La Dre McDonald détient aussi une maîtrise en épidémiologie clinique de l’Université de Toronto. En tant que spécialiste en médecine fœtomaternelle, elle suit des femmes qui présentent des grossesses à haut risque. Elle dirige un programme de recherche novateur en épidémiologie périnatale dont les travaux portent sur les problèmes liés au poids durant la grossesse et leurs conséquences sur les mères et les enfants ainsi que sur les services de santé associés, notamment les services offerts en cas de prématurité. Elle est membre associée des départements de méthodologie, données et impact de la recherche en santé (anciennement le département d’épidémiologie clinique et de biostatistique) et d’imagerie diagnostique. Elle détient aussi un diplôme d’études supérieures du programme de méthodologie de la recherche en santé. Elle se réjouit de mentorer des membres du corps professoral, des boursiers, des résidents, des étudiants des cycles supérieurs et d’autres étudiants, canadiens ou non. Elle est mentore d’une subvention d’équipe des IRSC pour les nouveaux chercheurs, détenue conjointement par l’Université McMaster et l’Université de Toronto. Elle occupe des rôles de leadership à l’échelle nationale, notamment au sein du Réseau sur les naissances prématurées du Canada, mis sur pied par les IRSC. Elle fait également partie du comité consultatif externe du Système canadien de surveillance périnatale de l’Agence de la santé publique du Canada, où elle guide la recherche sur le poids des mères et d’autres sujets. Elle a participé aux comités d’évaluation pour la subvention de fonctionnement des IRSC, à titre d’évaluatrice et d’agent scientifique, et elle est ravie de contribuer au CCI de l’IDSEA.


Taylor Morriseau
Candidate au doctorat (boursière Vanier des IRSC), Département de pharmacologie et de thérapeutique, Université du Manitoba
Institut de recherche de l’Hôpital pour enfants du Manitoba
Conseil jeunesse de la conseillère scientifique en chef

Universitaire autochtone, Mme Taylor Morriseau est candidate au doctorat à l’Institut de recherche de l’Hôpital pour enfants du Manitoba et au Département de pharmacologie et de thérapeutique de l’Université du Manitoba. Dans le cadre de sa bourse Vanier des IRSC, elle étudie les interactions gènes-environnement sous-jacentes du diabète de type 2 chez les jeunes Autochtones. Ses travaux harmonisent les outils de la science fondamentale et les connaissances autochtones sur les aliments traditionnels, de sorte à trouver des stratégies thérapeutiques adaptées à la culture. Mme Morriseau est fière de représenter sa propre communauté, la Première Nation de Peguis, et de s’engager à relever des défis scientifiques et sociétaux plus vastes qui englobent la santé des Autochtones, la génomique, l’équité et la diversité, et les politiques scientifiques. Elle est d’ailleurs ancienne participante au programme « Héritières du suffrage » de l’organisation À voix égales, à l’initiative Vision autochtone au Sénat et au stage d’été en génomique autochtone (SING). Elle est actuellement membre de la première cohorte du Conseil jeunesse de la conseillère scientifique en chef.


Bukola (Oladunni) Salami, I.A., M. Sc. Inf., Ph. D.
Professeure agrégée, Faculté des sciences infirmières, Université de l’Alberta
Chercheuse principale, Programme de recherche sur les politiques et les pratiques de santé et d’immigration

La Dre Bukola Salami est professeure agrégée à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de l’Alberta. Elle a obtenu son baccalauréat en sciences infirmières à l’Université de Windsor et sa maîtrise ainsi que son doctorat en sciences infirmières à l’Université de Toronto. Son programme de recherche porte sur les politiques et les pratiques qui déterminent la santé des migrants. La Dre Salami a dirigé des projets de recherche sur la santé des enfants immigrants africains, la santé mentale des immigrants, l’accès aux soins de santé pour les enfants immigrants, la santé mentale des jeunes Noirs, la santé des enfants déplacés à l’intérieur de leur pays et les pratiques parentales des immigrants africains. Elle est directrice fondatrice d’un réseau de recherche sur les enfants migrants africains formé de 35 chercheurs de 4 continents. En 2020, elle a fondé le Programme de mentorat et de leadership pour les jeunes Noirs à l’Université de l’Alberta. Ce programme, premier programme universitaire de mentorat interdisciplinaire pour les jeunes Noirs au Canada, vise à donner aux jeunes Noirs du secondaire les moyens sociaux et économiques de contribuer utilement à la société canadienne. En outre, la Dre Salami participe à plusieurs initiatives communautaires de bénévolat. Elle est notamment représentante du public au conseil de l’Alberta College of Social Workers, membre du groupe de travail de l’Agence de la santé publique du Canada sur la santé mentale des Canadiens noirs et du comité consultatif sur le financement de Bell Cause pour la cause, en plus de jouer un rôle actif auprès du Black Opportunities Fund. De plus, elle est rédactrice adjointe du Journal de l’Association médicale canadienne (JAMC) et fait partie du comité de rédaction du Nursing Inquiry et du Qualitative Health Research Journal. La Dre Salami a reçu plusieurs prix d’excellence en recherche et d’engagement communautaire : 100 femmes noires remarquables du Canada; infirmière-chercheuse émergente de l’année de la Sigma Theta Tau International Honor Society of Nursing; prix d’excellence en soins infirmiers du College and Association of Registered Nurses of Alberta (CARNA); palmarès des 40 personnalités de moins de 40 ans d’Alberta Avenue Edmonton. En 2020, elle a été admise au Temple de la renommée de la Sigma Theta Tau International Honor Society of Nursing, la plus haute distinction dans le domaine infirmier. En 2021, elle a été nommée fellow de l’Académie canadienne des sciences infirmières


Keiko Shikako
Titulaire de la chaire de recherche du Canada sur l’incapacité chez l’enfant : participation et application des connaissances
Professeure agrégée à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill

Keiko Shikako est titulaire de la chaire de recherche du Canada (niveau 2) sur l’incapacité chez l’enfant : participation et application des connaissances, ainsi que professeure agrégée à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill. Ses recherches portent sur la promotion d’une vie saine et sur les droits des enfants handicapés, de même que sur la science et la pratique de l’application des connaissances. Son programme de recherche est axé sur une approche de mobilisation de diverses parties prenantes, y compris des responsables des politiques, des enfants et leur famille, visant à trouver des solutions pour changer le milieu, orienter l’élaboration des politiques et promouvoir la participation des enfants handicapés dans différentes sphères de leur vie. La Dre Shikako dirige plusieurs initiatives d’application des connaissances, notamment l’application Jooay et le programme de transfert des connaissances du Réseau BRILLEnfant et de la SRAP. Elle siège également à des groupes de la société civile faisant rapport aux Nations Unies relativement à la Convention sur les droits des personnes handicapées.

Les travaux en cours de la Dre Shikako portent notamment sur l’application Jooay; le programme de transfert des connaissances du Réseau BRILLEnfant et de la SRAP; le projet PLAY qui vise à créer des aires de jeux inclusifs et à mesurer les indicateurs des droits de la personne par le droit au jeu; la plateforme de communication Policy Dialogue series in Childhood disabilities, des échanges au sujet des politiques sur les handicaps chez les enfants; les réponses stratégiques à la COVID-19 et leur concordance avec la Convention sur les droits des personnes handicapées des Nations Unies; et le rapport mondial de l’OMS sur les troubles et les retards du développement.


Bernard Thébaud, M.D., Ph. D.
Chercheur principal, médecine régénérative, Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario
Néonatologiste, Division de néonatologie, Hôpital d’Ottawa et Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario
Professeur de pédiatrie, Université d’Ottawa
Titulaire de la chaire de recherche en partenariat sur la médecine régénérative de l’Université d’Ottawa

Le Dr Bernard Thébaud est un clinicien-chercheur dont les travaux portent sur l’application clinique des thérapies géniques et à base de cellules souches pour traiter les maladies pulmonaires. Il est chercheur principal à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et néonatologiste au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, où il prodigue des soins aux nouveau-nés gravement malades. Le Dr Thébaud est également professeur de pédiatrie à l’Université d’Ottawa.

Après avoir reçu son diplôme de médecine de l’Université Louis Pasteur, en France, il suit une formation en pédiatrie et en néonatologie à l’Université Paris V, où il obtient également une maîtrise et un doctorat. Il se joint ensuite à l’Université de l’Alberta dans le cadre d’une bourse de recherche postdoctorale de deux ans.

Le Dr Thébaud étudie les mécanismes du développement, des lésions et de la guérison des poumons en vue de concevoir de nouveaux traitements contre les maladies pulmonaires incurables. Il s’emploie à examiner les questions d’intérêt clinique à appliquer dans la pratique. Au cours des cinq prochaines années, il s’est fixé comme objectif d’amener à la clinique des thérapies géniques et cellulaires efficaces et sécuritaires contre les maladies pulmonaires afin d’améliorer les résultats pour les patients.

Le Dr Thébaud a siégé à de nombreux comités d’évaluation par les pairs et conseils consultatifs scientifiques internationaux, nationaux et provinciaux, y compris aux IRSC et aux NIH. Il est titulaire de la chaire de recherche en partenariat sur la médecine régénérative de l’Université d’Ottawa. Ses recherches sont financées par une subvention Fondation des IRSC, la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, le Réseau de cellules souches et l’Institut ontarien de la médecine régénérative.


Cecilia Van Egmond
Directrice, Bureau de la modernisation des lois et des règlements, Direction générale des produits de santé et des aliments, Santé Canada

Cecilia Van Egmond est directrice du Bureau de la modernisation des lois et des règlements de la Direction générale des produits de santé et des aliments de Santé Canada, lequel dirige des initiatives sur des enjeux touchant virtuellement tous les Canadiens et Canadiennes. Son portefeuille réglementaire a souvent des effets directs sur les enfants et les jeunes, par exemple l’interdiction des gras trans dans le système alimentaire, la réglementation des préparations pour nourrissons et des suppléments au lait humain, la restriction du marketing de certains aliments auprès des enfants et la diffusion aux consommateurs de renseignements plus complets sur la valeur nutritive de leurs aliments.

Au cours des 20 années qu’elle a passées dans la fonction publique fédérale, Cecilia a dirigé et appuyé diverses initiatives en santé des populations et en santé publique à Santé Canada, aux Instituts de recherche en santé du Canada et à l’Agence de la santé publique du Canada. Ces initiatives d’élaboration de politiques, de recherche et de réglementation étaient notamment en lien avec les thèmes suivants : santé, développement et protection de l’enfant; naissances prématurées; prévention des blessures et des incapacités; santé mentale; prévention des mauvais traitements infligés aux enfants et de la violence familiale; obésité et mode de vie sain; prévention des maladies chroniques; immunisation; grippe pandémique; services de santé et politiques et recherche en matière de cybersanté. Plus récemment, elle a joué un rôle de premier plan dans la direction de dossiers de réglementation intégrés à la Stratégie en matière de saine alimentation de Santé Canada.

Cecilia possède également une vaste expérience des négociations internationales et intergouvernementales, ayant œuvré au ministère des Affaires étrangères et été responsable des relations internationales dans des ministères chargés de programmes, dont des sommets et réunions ministérielles, l’établissement de plans d’action et de cadres stratégiques nationaux et internationaux, ainsi que la mise en place de collaborations multisectorielles, par exemple entre la justice et la santé.

Cecilia est titulaire d’un baccalauréat en sciences humaines et en sciences politiques, ainsi que d’une maîtrise en relations internationales.


Roberta Woodgate
Professeure, Santé des enfants et maladies infantiles
Collège des sciences infirmières
Faculté des sciences de la santé Rady
Université du Manitoba

Roberta Woodgate est professeure à la Faculté des sciences de la santé Rady de l’Université du Manitoba et est chercheuse scientifique au Children’s Hospital Research Institute of Manitoba. Elle est titulaire d’une chaire de recherche du Canada sur l'engagement de l'enfant et de la famille dans la recherche en santé et les soins de santé. Le programme de recherche de Roberta Woodgate, IN•GAUGE, favorise une démarche dynamique dont les objectifs sont les suivants : solliciter la participation des enfants, des adolescents et de leur famille, interagir avec les chercheurs et les utilisateurs de connaissances dans le cadre du processus de recherche, d’intervention et d’évaluation, et viser l’innovation dans l’utilisation et la diffusion d’information afin d’améliorer les soins de santé et l’accès aux soins offerts aux enfants et aux adolescents. Son programme est fondé sur une démarche d’acquisition de connaissances à la source qui tient compte des besoins, des expériences et des pratiques des enfants, des adolescents et de leur famille qui vivent des épreuves liées à la santé. Sa démarche tient également compte des besoins, des obstacles et des lacunes qui touchent les fournisseurs de soins de santé, les utilisateurs de connaissances et les décideurs. Roberta Woodgate préconise l’adoption d’une démarche de recherche fondée sur les droits. Sa démarche tient compte du fait que la voix des enfants et des adolescents n’a pas toujours été entendue dans le cadre des recherches et des décisions qui ont eu une incidence sur leur vie, notamment sur leur santé. Elle milite pour la reconnaissance du rôle important joué par les enfants et les adolescents dans leur propre développement et de leur droit de participer à la prise des décisions qui les concernent, selon leurs capacités en constante évolution. À cet égard, les enfants et les adolescents sont des participants clés dans le processus de recherche puisqu’ils contribuent à l’approfondissement, à l’application et à l’échange des connaissances. Parallèlement à ses activités plus classiques d’application des connaissances, comme la production de publications et les présentations, Mme Woodgate participe à des stratégies d’application des connaissances novatrices, dont des démarches fondées sur l’art (photographie, films participatifs, vidéos YouTube et danse).

Date de modification :