Dernière mise à jour du Dr Paul Kubes, président du groupe de travail sur l’évaluation par les pairs des IRSC

14 septembre 2016

Le groupe de travail sur l’évaluation par les pairs des IRSC a tenu trois téléconférences de deux heures depuis ma dernière mise à jour, et maintenant que nous achevons nos travaux, je crois qu’il est temps d’offrir au milieu de la recherche un résumé de l’issue de nos discussions. J’aimerais profiter de l’occasion pour remercier, en mon nom et au nom des IRSC, les membres du groupe de travail d’avoir trouvé du temps dans leur horaire chargé – et dans certains cas, au milieu de leurs vacances – pour contribuer à nos délibérations par leurs idées et leurs connaissances. Leurs efforts profiteront à tous les chercheurs qui comptent sur le financement des IRSC pour mener leurs importantes recherches.

Merci également à tous ceux qui ont pris le temps de me donner leurs commentaires. J’ai mis de l’avant beaucoup de points soulevés dans vos courriels, ce qui nous a aidés à orienter notre prise de décisions.

Le groupe de travail a eu des discussions franches et constructives et a été en mesure d’aborder une foule de sujets en seulement cinq semaines. Nos réunions en personne ont donné lieu à des discussions captivantes : les membres ont exposé des idées novatrices, ont réalisé des simulations logiques, ont mis les autres à l’épreuve de façon positive et sont arrivés à un consensus pour presque toutes les recommandations concernant l’optimisation de l’évaluation par les pairs. Les membres ont en majorité approuvé une série de recommandations cruciales visant à améliorer le processus d’évaluation par les pairs en vue du prochain concours de subventions Projet. Les IRSC se sont engagés à tenir compte de ces propositions et à faire le point sur les progrès durant la mise en œuvre. Je vous invite à consulter ce tableau pour obtenir la liste complète des recommandations ainsi que leurs justifications.

Je voudrais ici souligner quelques changements récents.

  • La participation de quatre évaluateurs par demande à l’étape 1, et de deux évaluateurs à l’étape 2. Le groupe de travail recommande qu’à l’étape 1, chaque demande soit examinée par quatre évaluateurs, et qu’à l’étape 2, deux de ces quatre évaluateurs – choisis en fonction de leur expertise et non de la note attribuée à la demande, afin de réduire au minimum le parti pris – participent aux discussions en personne à Ottawa. Nous croyons qu’il sera important d’informer les évaluateurs, dès qu’on leur propose leur rôle, qu’ils pourraient être choisis pour participer aux réunions en personne. Durant ces réunions, les noms des évaluateurs à l’étape 1 et leur évaluation seront divulgués. Selon nous, cette approche favorisera la responsabilisation de l’évaluateur au cours des deux étapes du processus.
  • Le passage des demandes de l’étape 1 à l’étape 2. Comme mentionné précédemment, le groupe de travail recommande qu’environ 40 % des demandes de subvention du volet Projet passent à l’étape 2 et soient évaluées en personne. Le groupe de travail recommande l’adoption d’un processus selon lequel environ 30 % des demandes les mieux classées dans l’ensemble des blocs plus environ 30 % des demandes les mieux classées dans chaque bloc passeraient à l’étape 2. On recommande cette façon de faire jusqu’à ce que les données recueillies pendant le prochain concours de subventions Projet puissent éclairer cette stratégie de classement et régler la question des candidats qui remplissent aussi le rôle d’évaluateurs. Les autres demandes qui passeront à l’étape 2 comprendront celles dont les notes s’écartent de façon marquée, celles qui ont été désignées par le président du concours et celles qui ont les meilleures notes parmi leur bloc. Toutefois, la composition finale des demandes faisant partie du 40 % qui reste dépendra de l’ensemble des demandes présentées.
  • La levée de la restriction empêchant de soumettre une demande à la fois au volet Fondation et au volet Projet. Bien que cette décision des IRSC ne fasse pas partie du mandat du groupe de travail, elle a été bien accueillie, puisqu’elle traduit la volonté du milieu de la recherche. Les IRSC devront donc recruter plus d’évaluateurs, mais ce changement est équitable pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de présenter une demande de subvention du volet Fondation jusqu’à maintenant.

Recherche en santé autochtone

Les IRSC ont collaboré avec le groupe de référence des IRSC sur les bonnes pratiques d’évaluation par les pairs pour la recherche en santé autochtone dans le but de mettre en œuvre une politique prévoyant un processus itératif d’évaluation par les pairs et du financement conditionnel pour le concours de subventions Projet. Deux membres du groupe de référence ont aussi participé au groupe de travail sur l’évaluation par les pairs, dont le mandat est plus large, pour assurer l’harmonisation de leurs conclusions. Pour faciliter l’évaluation de la pertinence de l’application du processus itératif au concours de subventions Projet en cours, une boite de texte a été ajoutée dans RechercheNet. Cette boite permet aux candidats d’indiquer comment leur projet se conforme aux principes du chapitre 9 de l’Énoncé de politique des trois conseils (EPTC 2) – La recherche visant les Premières nations, les Inuits ou les Métis du Canada ainsi qu’aux politiques d’éthique pour des projets en partenariat avec des Autochtones rédigées par des communautés ou des organisations autochtones. Les IRSC continueront à travailler avec le groupe de référence pour préciser les détails de la politique sur l’évaluation itérative et de son processus de mise en œuvre dans la recherche en santé autochtone, autant pour le concours de subventions Projet en cours que pour les futurs concours des IRSC, y compris les subventions de fonctionnement.

Participation au processus d’évaluation par les pairs

Alors que les IRSC lancent les concours de subventions Projet et Fondation, j’encourage fortement ceux qui ont déjà reçu du financement à redonner au système en participant au processus d’évaluation par les pairs. Ce processus de grande qualité est la pierre angulaire des décisions relatives au financement de la recherche en santé : en d’autres mots, le succès global du système dépend de la participation d’experts comme vous. Les IRSC communiqueront avec bon nombre d’entre vous pour vous demander de remplir un court sondage visant à confirmer si vous être disposé à participer au prochain concours en tant qu’évaluateur. On vous demandera également de remplir votre profil d’évaluateur dans RechercheNet. Toutes ces données aideront le personnel des IRSC, les présidents de concours et les agents scientifiques à assigner les demandes aux évaluateurs.

Pour assurer la qualité maximale du processus d’évaluation par les pairs, les IRSC sont entrés en contact avec les présidents du collège des évaluateurs, qui travailleront avec les IRSC au recrutement des présidents de concours – des chercheurs qui participent à la gestion des blocs de demandes, veillent à ce que toutes les demandes se voient assigner des évaluateurs qualifiés et président les réunions en personne. Selon moi, ces mesures prouvent que les IRSC prennent la qualité du processus d’évaluation par les pairs très au sérieux.

Regard sur l’avenir

Les IRSC m’ont assuré qu’ils feraient – sous la direction de la Dre Jane Aubin, chef des affaires scientifiques des IRSC, en partenariat avec le conseil scientifique, les présidents du collège, les conseils consultatifs et les présidents de concours – le suivi et l’évaluation des progrès tout au long du concours de subventions Projet. Ces mesures visent à garantir l’application fidèle des changements abordés lors de la réunion du 13 juillet avec le milieu de la recherche ainsi que des recommandations du groupe de travail. De plus, les IRSC transmettront les résultats obtenus au milieu de la recherche.

Comme notre groupe de travail a accompli son mandat, nous passons maintenant le flambeau aux présidents du collège et des concours, qui continueront à collaborer avec les IRSC. J’aimerais d’ailleurs en profiter pour les remercier d’avance de leur dévouement. Je tiens aussi à remercier les IRSC et le groupe de travail pour leur travail acharné et leur engagement authentiques à l’égard de l’équité de l’évaluation par les pairs pour l’ensemble des requérants. Je me permets d’insister une dernière fois sur le fait que si certains d’entre nous ne participent pas au processus d’évaluation ou ne le prennent pas au sérieux, ce sera un échec. En effet, sa réussite dépend de nous tous. Compte tenu de la faiblesse du taux de financement, l’évaluation ne sera jamais facile, et c’est à nous de donner les évaluations les plus justes et les plus transparentes possible à nos collègues. Travailler avec vous a été un vrai plaisir, et j’espère pouvoir côtoyer bon nombre d’entre vous dans mon rôle de président administratif du collège des évaluateurs.

Paul Kubes, Ph.D.
Président du groupe de travail sur l’évaluation par les pairs des IRSC

Date de modification :