Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones du Québec

L’ERRSA encourage « les visages qui viendront après nous » de la recherche en santé par la mobilisation des communautés autochtones, la transformation universitaire et le renforcement des capacités

Dre Treena Delormier, professeure agrégée, École de nutrition humaine, Université McGill

Par l’entremise de l’Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones Tahatikonhsontóntie’ (qui signifie « les visages qui viendront après nous ») du Québec (ERRSA du Québec), l’équipe de la Dre Delormier répond aux besoins en matière de recherche sur la santé des communautés autochtones, des chercheurs et des utilisateurs des connaissances au Québec, entre autres en créant de nouvelles capacités de recherche en santé par l’échange de connaissances interculturelles et la recherche participative. L’ERRSA du Québec, établi au sein du Projet de prévention du diabète dans les écoles de Kahnawake, créera un environnement dans lequel les partenaires autochtones et les utilisateurs des connaissances pourront accéder à des formations, des outils de recherche et des méthodologies autochtones afin que la formation universitaire puisse changer. La gouvernance de l’ERRSA du Québec est dotée d’un cercle opérationnel, d’un cercle de recherche et d’un cercle consultatif qui respectent les communautés autochtones et les partenaires du réseau. La pandémie de COVID-19 a empêché l’ERRSA du Québec de tenir des consultations en personne avec les dirigeants dans le domaine de la santé et les communautés autochtones lors d’événements au Québec et de répondre aux préoccupations des Premières Nations et des Inuits. Cependant, l’ERRSA a tout de même élaboré des stratégies pour répondre aux préoccupations de ces partenaires et des intervenants au moyen de rencontres virtuelles sur Zoom (traduites simultanément en anglais et en français). Lors d’une récente séance de réflexion virtuelle d’une demi-journée tenue par l’ERRSA du Québec, 30 participants ont reçu le rapport annuel du réseau et ont donné leur avis sur les prochaines étapes. L’ERRSA du Québec procède actuellement à une évaluation contextuelle des établissements universitaires du Québec afin de déterminer quelles initiatives autochtones pourraient soutenir leurs efforts. Le Dr Pierre Haddad, directeur général de l’ERRSA du Québec, lancera également un programme innovant reposant sur l’expérience afin que les étudiants autochtones puissent se renseigner sur le bien-être auprès de détenteurs de connaissances et de mentors des communautés autochtones.

« L’ERRSA du Québec souhaite que les membres des communautés autochtones participent aux projets de recherche en santé qui leur tiennent à cœur, déclare la Dre Delormier. Si nous contribuons à renforcer ces capacités, nous atteindrons notre objectif à long terme, soit de voir toutes les communautés autochtones mobiliser les ressources de leurs peuples (pour ce qui est des territoires et des établissements universitaires). En fin de compte, cet exercice de mobilisation et d’échange de connaissances améliorera le bien-être des Autochtones et nous aidera à adopter des pratiques exemplaires en matière de santé. »

Date de modification :