Lancement du Programme de chaires de recherche appliquée en santé publique

Chers collègues,

Je suis heureuse d’annoncer le troisième lancement du Programme de chaires de recherche appliquée en santé publique des IRSC, au début de 2021. Cette annonce s’inscrit dans la foulée de la publication du Rapport de l’administratrice en chef de la santé publique du Canada sur l’état de la santé publique au Canada 2020Du risque à la résilience : une approche axée sur l’équité concernant la COVID-19. L’administratrice en chef affirme notamment qu’« une pandémie met en évidence la nécessité d’un système de santé publique solide et habile qui dispose des effectifs et des outils nécessaires pour faire face aux urgences et résoudre les iniquités ».

Lancé la première fois en 2006, le Programme de chaires de recherche appliquée en santé publique est une collaboration entre les IRSC et l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) qui vise à renforcer la capacité du Canada en recherche appliquée dans le domaine de la santé publique. Il offre aux chercheurs en milieu de carrière la possibilité de participer à des collaborations interdisciplinaires avec des décideurs – à l’intérieur et à l’extérieur du secteur de la santé – pour faciliter la prise de décisions fondées sur des données probantes au profit de la santé et de l’équité en santé.

Le Programme a été créé en réponse aux appels à un renforcement du système de santé publique après l’épidémie de SRAS de 2003. Conçu pour aider à relever les défis actuels et futurs en santé publique, tout en étant sensible aux complexités du monde réel, le Programme est plus important que jamais tandis que nous faisons face à des crises simultanées et imbriquées sur les plans de la santé publique, de l’environnement et des enjeux sociaux. Bien que l’ISPP n’ait jamais cessé de militer en faveur d’un système de recherche en santé publique fort, la pandémie de COVID-19 a encore une fois mis en lumière l’importance d’investir dans la santé publique. Le Programme de chaires représente un investissement essentiel dans le renforcement des capacités, que nous sommes fiers de continuer à soutenir.

Le Programme de chaires de recherche appliquée en santé publique a permis de soutenir toute une gamme de scientifiques de classe mondiale dont les travaux véritablement transformateurs ont eu une incidence sur la santé des populations, au pays et partout dans le monde. Avec la première cohorte, le Dr Doug Manuel a créé le Diabetes Population Risk Tool (DPoRT), le premier algorithme de prédiction des risques d’obésité, de diabète et de complications liées au diabète pour la planification dans le domaine de la santé des populations. Avec la même cohorte, la Dre Lise Gauvin a guidé l’élaboration de la « Charte de Toronto pour l’activité physique », qui a servi de principe directeur mondialement pour améliorer les niveaux d’activité physique. Dans la deuxième mouture du Programme, le Dr David Hammond a démontré l’impact des produits de vapotage comme JUUL ou de vapotage de sels de nicotine sur les taux de vapotage chez les adolescents de 16 à 19 ans au Canada et aux États‑Unis. La Dre Janet Smylie, pour sa part, a élaboré des lignes directrices à l’intention des professionnels de la santé qui travaillent auprès des Autochtones, a amélioré les évaluations et les réponses en matière de santé des populations autochtones, et a contribué à l’autochtonisation de la théorie et de la pratique de l’application des connaissances. Ce ne sont là que quelques exemples qui mettent en lumière le calibre de la recherche rendue possible grâce à ce programme unique.

Au terme du mandat de la deuxième cohorte de chaires, nous avons examiné attentivement le Programme afin d’en cerner les aspects les plus utiles pour les titulaires et les partenaires décideurs, ainsi que ceux qui devraient être améliorés. Depuis l’émergence de la COVID-19, nous avons en outre eu l’occasion d’évaluer si le Programme de chaires pouvait être modifié davantage pour répondre véritablement aux nouvelles menaces pour la santé publique. En tenant compte de tout cela, l’ISPP et l’ASPC ont élaboré une version actualisée du Programme pour en améliorer la capacité d’adaptation et de réaction, et pour mieux intégrer les chaires dans l’écosystème politique. Comme premier changement majeur, le Programme fonctionnera désormais selon un modèle de cohorte mobile. En lançant un appel de candidatures tous les deux ans et en créant quatre chaires à chaque lancement, nous permettrons une souplesse et une réactivité accrues face aux nouveaux enjeux de santé publique.

La mise en place d’un réseau de soutien multipartenaires structuré est un autre important changement apporté au Programme. En plus de l’exigence de désigner un partenaire décideur dans la demande, des liaisons seront dorénavant établies avec d’autres utilisateurs des connaissances, un de l’ASPC et un autre des centres de collaboration nationale (CCN) en santé publique. Ces liaisons favoriseront la prise en compte de la recherche ainsi que les contacts entre les titulaires et les décideurs et les utilisateurs des connaissances concernés à l’ASPC et au sein des instances fédérales, provinciales/territoriales ou locales.

Nous tiendrons un webinaire pour fournir plus d’informations aux candidats potentiels et répondre à toute question qu’ils pourraient avoir. Des détails suivront à ce sujet, notamment sur la façon de vous inscrire.

Nous sommes heureux du renouvellement du Programme de chaires de recherche appliquée en santé publique, ainsi que des changements qui ont été apportés à ce programme déjà exceptionnel.

Sincères salutations,
Marisa

Marisa Creatore, MSc, PhD
Directrice scientifique associée
Institut de la santé publique et des populations des IRSC

Date de modification :