Découvertes pour la vie

Les visages de la recherche en santé 2019

Titre

Comment diagnostiquer et traiter l’anaphylaxie

Le Plan d’action canadien pour l’anaphylaxie pour les enfants

Dr Waleed Alqurashi
Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario

L’anaphylaxie, forme d’allergie sévère, peut toucher plusieurs systèmes de l’organisme et causer la mort. La prévalence de l’anaphylaxie est la plus élevée chez les enfants et les adolescents, et cette réaction est causée par la nourriture dans la plupart des cas. Or, malgré sa fréquence et sa gravité, l’anaphylaxie est peu reconnue et mal traitée chez les enfants et les adolescents en raison du manque d’outils éducatifs que les professionnels de la santé pourraient mettre la disposition des aidants naturels.

Nous comptons combler cette lacune importante à l’aide d’une approche axée sur le patient. Pour ce faire, nous avons conçu l’outil Plan d’action canadien pour l’anaphylaxie pour les enfants, illustré de pictogrammes expliquant l’anaphylaxie, que nous avons validé auprès de plus de 110 enfants et parents. Puis, nous avons examiné le contenu bilingue du plan pour déterminer s’il était compris par les jeunes de 7e année et moins. Nous avons ensuite fait appel à plus de 200 enfants et aidants naturels pour évaluer la valeur éducative du plan (patients de 12 à 17 ans et aidants de patients de moins de 12 ans). Selon les résultats, les patients à risque d’anaphylaxie arrivaient à se rappeler les directives écrites et audiovisuelles. Nous avons depuis révisé le texte du plan [ PDF (4,26 Mo) - lien externe ] pour tenir compte des précieux commentaires des participants, d’Allergies alimentaires Canada et de la Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique.

Ressources complémentaires

Twitter: @WAlqurashi, @CHEOhospital

Combiner la recherche et l’expérience des parents pour concevoir des ressources en santé novatrices

Dre Shannon Scott et Dre Lisa Hartling
Université de l’Alberta

Chaque année, plus de 2,3 millions d’enfants sont admis aux services d’urgence des hôpitaux canadiens. Dans bien des cas, ils s’y présentent pour des affections mineures qui pourraient être traitées à domicile ou dans un autre point de service de santé. Il est essentiel de combler l’écart entre la recherche et la pratique pour optimiser la prestation de soins de santé aux enfants et à leur famille. Nos programmes de recherche sont axés sur l’amélioration des résultats de santé des enfants atteints d’affections aiguës par l’application des connaissances.

Collectivement, nos programmes de recherche produisent des synthèses de données de qualité propres à des affections infantiles et à des contextes particuliers, et combinent cette information avec l’expérience des parents pour concevoir des ressources en santé faciles à comprendre pouvant améliorer les résultats des familles et du système de santé. Nous atteignons cet objectif en recourant à l’art et à des histoires intégrant à la fois les besoins des parents et les données des dernières recherches pour concevoir de l’information sur la santé accessible à toutes les familles, quels que soient leur âge, leur culture, leur langue et leur niveau d’alphabétisation.

Ressources complémentaires

Twitter: @echoKTresearch, @arche4evidence

Promouvoir l’activité physique dans les services de garde

Comment adapter l’environnement des services de garde pour favoriser l’activité physique chez les jeunes enfants?

Dre Trish Tucker
Université Western

Les enfants de 5 ans et moins ont tendance à limiter leur temps d’activité physique intense et à rester trop longtemps inactifs dans les services de garde. Ce fait s’avère préoccupant, car les comportements actifs adoptés durant la petite enfance tendent à persister plus tard dans l’enfance et l’adolescence. Au Canada, environ 80 % des enfants sont confiés à un service de garde pendant environ 29 heures/semaine; ce milieu est donc idéal pour toucher de nombreux jeunes enfants et les habituer à des comportements plus actifs.

J’ai récemment dirigé le projet SPACE (Supporting Physical Activity in the Childcare Environment), un essai contrôlé randomisé par grappes financé par les IRSC qui intégrait l’entraînement à l’activité physique, du matériel de jeu portatif et de fréquentes périodes de jeu à l’extérieur pour aider les enfants d’âge préscolaire à avoir des comportements plus actifs durant les heures de garde. L’expérience a connu un succès retentissant. C’est pourquoi mon équipe travaille à appliquer ces conclusions sous forme de module en ligne d’entraînement à l’activité physique pour les programmes d’éducation de la petite enfance aux universités et collèges de tout le pays, afin d’encourager les futurs éducateurs à implanter ces programmes dans les services de garde.

Ressources complémentaires

Twitter: @trish_tucker2

Une sortie de l’hôpital mieux planifiée pourrait améliorer le sort des enfants ayant survécu à une sepsie dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

Dr Matthew Wiens
Université de la Colombie-Britannique

Le nombre d’enfants mourant d’une sepsie après avoir été admis à l’hôpital est le même que ceux ayant reçu leur congé. Ce problème mondial est particulièrement flagrant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, puisque les enfants dans ces milieux socioéconomiques défavorisés ont accès à un nombre restreint de ressources de leur système de santé engorgé et fragile.

Les décès constatés à la sortie de l’hôpital ont tendance à être ignorés malgré la Déclaration du millénaire de l’Organisation des Nations unies. Bien qu’une diminution considérable de la mortalité infantile ait été observée, environ 18 000 décès de causes évitables surviennent encore chaque jour, principalement en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

Le Dr Matthew Wiens étudie les conséquences de sorties de l’hôpital mieux planifiées comme un outil de santé publique de précision pour aider les enfants vulnérables souffrant de sepsie. Le taux de mortalité infantile pourrait être réduit en mettant l’accent sur des interventions et la planification coordonnée de la sortie des patients, conjointement avec un meilleur dépistage de l’infection, des pratiques de réduction des risques et un suivi régulier précoce. Ces mesures aideraient les hôpitaux et les représentants des centres de santé à améliorer les processus de sortie du patient de l’hôpital.

Par exemple, un programme d’aiguillage communautaire en Ouganda a permis de démontrer qu’un meilleur système de sorties de l’hôpital double le taux de réadmissions et réduit ainsi le taux de mortalité. Traiter de ces enjeux partout dans le monde aidera les autres communautés à réduire la mortalité infantile associée à la maladie.

Ressources complémentaires

Twitter: @Matthew_Wiens, @BCCHresearch

Parlons-en ! Les questions toujours sans réponse sur les maladies inflammatoires de l’intestin chez l’enfant

Les 10 priorités de recherche qu’ont en commun les patients, les soignants et les cliniciens dans le domaine des maladies inflammatoires de l’intestin chez l’enfant

Dr Anthony Otley
Université Dalhousie

Au Canada, le taux des maladies inflammatoires de l’intestin (MII) est l’un des plus élevés dans le monde, et le nombre d’enfants et d’adolescents touchés ne fait qu’augmenter chaque année.

Un partenariat pour l’établissement des priorités a permis de recueillir des témoignages de patients, de soignants et de cliniciens d’un bout à l’autre du le Canada qui sont touchés de près ou de loin par les MII, et de dresser la liste des 10 principales questions sans réponse sur les causes et la prise en charge de ces maladies. Pour faire connaître cette liste, une vidéo facilement accessible en ligne a été créée en anglais et en français. La diffusion publique de cette vidéo pourrait augmenter la probabilité que les chercheurs sur les MII chez l’enfant se concentrent davantage sur les domaines identifiés comme étant des priorités communes.

Ressources complémentaires

Twitter: @mirapeds, @IMAGINE_SPOR, #CIDSCANN

La vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse en protègerait les bébés à naître

Dr Bahaa Abu-Raya
Université de la Colombie-Britannique

Les nourrissons courent un grand risque de développer une forme grave de coqueluche (ou « toux coquelucheuse ») dans les premières semaines suivant leur naissance. Dr Abu-Raya, pédiatre et infectiologue pédiatrique, a prodigué des soins cliniques à des nouveau-nés souffrant d’une forme grave de coqueluche. Cette expérience médicale l’a incité à mener une étude visant à élaborer et à mettre en œuvre de nouvelles stratégies d’immunisation chez les femmes enceintes.

Les recherches du Dr Abu-Raya ont permis d’établir les principes fondamentaux des recommandations canadiennes sur la vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse. Elles ont aussi été intégrées aux recommandations internationales afin de mieux définir les stratégies idéales pour la prévention de la coqueluche chez les femmes enceintes. Le Dr Abu-Raya a reçu le prix des jeunes chercheurs 2019 de la Société européenne des maladies infectieuses pédiatriques. Ce boursier Vanier mène aussi une recherche translationnelle sur la réponse immunitaire à la suite de la vaccination contre la coqueluche pendant la grossesse. Les résultats de cette recherche permettraient de mieux guider les responsables des politiques de santé publique dans leurs décisions.

Ressources complémentaires

Petite conversation!

Améliorer l’impact réel des services d’orthophonie sur les enfants qui tardent à parler

Mme Elaine Kwok
Université Western Ontario

En Ontario, les enfants d’âge préscolaire qui tardent à parler et leurs familles peuvent obtenir un soutien gratuit dans le cadre d’un programme provincial. Les orthophonistes de ce programme fournissent des services pour aider les enfants d’âge préscolaire à devenir de meilleurs communicateurs en utilisant de nouveaux sons, en comprenant de nouveaux mots, en devenant plus confiants lorsqu’ils communiquent et en les incluant dans des activités à la maison et dans la communauté. Une grande partie de nos recherches actuelles ont porté sur le nombre de nouveaux sons et mots que les enfants peuvent utiliser après le traitement, mais elles ont négligé d’autres changements réels tels que la confiance en soi et la participation aux activités quotidiennes.

Dans le cadre de mon projet de doctorat, je collabore avec des services d’orthophonie en Ontario pour suivre toute la croissance des enfants d’âge préscolaire qui reçoivent des services pour un retard de la parole et du langage. En examinant les changements survenus chez les enfants pendant la thérapie, nous comprendrons mieux les différentes manières dont les services actuels peuvent aider les enfants à se développer. Nous interrogeons également les parents et les orthophonistes pour trouver des moyens d’améliorer les services actuels. Ces résultats garantiront que les futurs services d’orthophonie aident les enfants à développer non seulement de meilleures compétences en langage et parole, mais également une meilleure capacité de participer à la vie quotidienne par la communication.

Ressources complémentaires

Twitter: @ElaineYLKwok, @ASLDlab, @WesternU

Un paradoxe respiratoire

Étude de l’impact de l’exposition aux endotoxines de poussière domestique sur le développement de la respiration sifflante et de l’atopie chez les enfants canadiens

Mme Laura Wang, Dr Tim Takaro, Mme Jaclyn Parks
Université Simon-Fraser

À l’heure actuelle, l’asthme est la principale cause d’hospitalisation chez les enfants au Canada. Dans la littérature, il existe un paradoxe concernant les effets de l’exposition aux endotoxines pendant l’enfance sur le développement de la respiration sifflante, de l’atopie et de l’asthme. D’un côté, certaines recherches semblent indiquer que l’exposition aux endotoxines peut exacerber les symptômes de respiration sifflante et d’atopie en provoquant une inflammation et une hypersensibilité dans les voies nasales et les voies respiratoires. À l’inverse, d’autres études concluent que l’exposition précoce peut contribuer à prévenir le développement de la respiration sifflante et de l’atopie en entraînant le système immunitaire à réduire les symptômes d’hyperréactivité.

À l’aide des données de l’étude de cohorte CHILD, des tests de signification et une analyse de régression logistique ajustée ont été effectués. Nos recherches contribueront à dégager un consensus sur les effets des endotoxines sur la respiration sifflante et l’atopie, précurseurs habituels du développement de l’asthme. En identifiant en outre les expositions nocives et bénéfiques, nous pouvons réduire l’apparition et les effets de maladies chroniques infantiles telles que l’asthme, et offrir des possibilités de prévention aux parents.

Ressources complémentaires

Twitter : @SFU_FHS, @CHILDSTUDY

Étude Pathways in ASD – le récit d’une famille

Une équipe nationale multidisciplinaire mène une étude sur des enfants autistes canadiens et leur famille pour aider à la création de politiques et de pratiques axées sur le patient

Dr Peter Szatmari
Chef, Programme de collaboration en santé mentale des enfants et des adolescents
Hospital for Sick Children et Centre de toxicomanie et de santé mentale
Professeur et chef de la division de la santé mentale des enfants et des adolescents de l’Université de Toronto

L’étude appelée Pathways in Autism Spectrum Disorder (ASD) est l’étude longitudinale la plus vaste et la plus approfondie au monde portant sur les enfants ayant un TSA (trouble du spectre de l’autisme). Notre recherche se fonde sur la conviction que, pour créer des interventions efficaces et fondées sur des données probantes visant les personnes ayant un TSA, nous devons cerner et décrire leurs trajectoires développementales afin de savoir comment et quand intervenir. Il y a quatorze ans, les chercheurs de Pathways ont recruté plus de 400 enfants ayant reçu un diagnostic de TSA dans cinq régions du Canada. Aujourd’hui, nos chercheurs continuent à les étudier en tant que jeunes adultes.

Ayant à cœur le concept de recherche axée sur le patient, nous avons réalisé une vidéo sur tableau blanc qui offre un point de vue sur l’étude de la part d’une famille participante (composite). Dans la vidéo, des parents abordent leur réaction au diagnostic de TSA reçu par leur fils, leur décision de participer à l’étude et leurs espoirs à l’égard de leur fils et des résultats de l’étude. Cette vidéo montre que la recherche scientifique et l’empathie pour les familles peuvent coexister d’une façon avantageuse pour les deux parties, et exprime notre gratitude envers les familles pour leur participation à l’étude.

Ressources complémentaires

Twitter : @PathwaysASD
Courriel : peter.szatmari@camh.ca; chalum@mcmaster.ca

Prévenir les naissances prématurées et leurs conséquences

Chercher des façons de prévenir la principale cause de mortalité infantile et de morbidité à l’échelle mondiale

Dre Sarah McDonald
Université McMaster

Les naissances prématurées (avant 37 semaines) sont la principale cause de mortalité infantile et de morbidité à l’échelle mondiale. Au Canada, près des deux tiers des décès de nourrissons peuvent être attribués à une naissance avant terme. En tant qu’obstétricienne et chercheuse spécialisée dans les grossesses à haut risque, j’ai vu de mes yeux l’impact que les naissances prématurées et leurs conséquences ont sur les bébés, leurs parents et leurs proches. Ces bébés et leur famille nous motivent, mon équipe et moi, à chercher à prévenir les naissances prématurées ainsi qu’à trouver des moyens d’en atténuer les conséquences.

À l’aide d’un financement reçu des IRSC, mon équipe a découvert que la progestérone administrée par voie vaginale réduit le taux de naissances prématurées et de mortalité néonatale de 50 %. Ces travaux ont reçu une reconnaissance nationale et internationale, et guideront l’élaboration de nouvelles recommandations pour la pratique clinique sur le recours à la progestérone. Nous nous employons actuellement à trouver des moyens de prévenir d’autres complications résultant des naissances prématurées, par exemple le recours prénatal aux corticostéroïdes, le clampage différé du cordon ombilical et le mode d’accouchement. De plus, nous collaborons avec les parents pour faire en sorte de répondre à leurs questions clairement et utilement.

Ressources complémentaires

Twitter : @DrSDMcDonald

Comment va la santé des garçons?

Comment les praticiens peuvent aider les victimes de sexe masculin à éviter les problèmes de santé mentale

Dre Christine Wekerle
Université McMaster

L’idée selon laquelle les garçons ne sont pas des victimes, ou qu’ils peuvent surmonter n’importe quelle situation en jouant les « durs à cuire », est un mythe. Pourtant, on demande régulièrement aux garçons et aux jeunes hommes de prendre des initiatives, d’être à la hauteur et de ne montrer ni faiblesse ni vulnérabilité. Mais qu’arrive-t-il si un garçon subit des sévices sexuels? Les praticiens des soins de santé savent-ils vraiment comment agir en faveur de la santé masculine en cas de traumatisme de nature sexuelle?

Un réseau de chercheurs canadiens dans le domaine des traumatismes, CIHRTeamSV, a découvert que les hommes ayant subi des sévices sexuels pendant leur enfance sont plus de quatre fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide. En outre, à l’adolescence, ils peuvent présenter des risques accrus pour leur santé sexuelle, des symptômes de traumatisme ou une attitude agressive. Ces hommes sont également plus susceptibles que les victimes de sexe féminin d’être hospitalisés pour des problèmes de santé mentale. Notre recherche aborde ce fossé entre les besoins existants et l’aide à la disposition des victimes de sexe masculin de deux façons principales : 1) en faisant mieux connaître les lacunes existantes en matière de services qui tiennent compte des traumatismes subis; 2) en améliorant les pratiques relatives aux programmes de résilience. Actuellement, il n’existe aucune intervention sexospécifique, et les thérapeutes qui traitent les traumatismes n’abordent pas l’impact des sévices sexuels subis dans l’enfance sur le plan de l’identité de genre. Notre équipe a élaboré une approche fondée sur la technologie visant à offrir des programmes de résilience qui tiennent compte des traumatismes subis; une approche facile à employer et à se procurer, et qui permet d’éviter les préjugés liés à la « maladie mentale ».

Ressources complémentaires

Twitter :

Instagram

Ocytocine et maternité

De l’allaitement à l’attachement

Dre Phyllis Zelkowitz
Institut Lady Davis de recherches médicales et Université McGill

Jusqu’à 20 % des femmes enceintes connaissent des problèmes de santé mentale durant la grossesse et après la naissance. Ces problèmes affectent non seulement la mère, mais aussi le fœtus en développement et l’enfant. Afin de mieux comprendre les effets de la maladie mentale chez la mère sur la relation mère-enfant et le développement du nourrisson, il est essentiel d’intégrer des facteurs neurobiologiques, psychologiques et environnementaux.

L’équipe de recherche en santé mentale périnatale des IRSC a choisi d’étudier une hormone appelée ocytocine en raison du rôle qu’elle joue dans de nombreux aspects de la transition vers la maternité, dont le travail et l’accouchement, l’allaitement et l’interaction mère-enfant. Plus précisément, nous nous sommes demandé si cette hormone est liée aux symptômes de dépression et d’anxiété vécus par les mères, ainsi qu’à leur comportement envers leur enfant. Notre approche innovatrice incorporait des facteurs cognitifs de nature biologique, psychologique et sociale en rapport avec la santé mentale des mères, leur comportement maternel lors de leurs interactions avec leur enfant, ainsi que leurs relations humaines. Nos conclusions proposent de nouvelles connaissances sur les façons dont l’ocytocine atténue les effets du stress sur les nouvelles mères, a une incidence sur leurs humeurs et leurs comportements, et influence leur capacité à déchiffrer les signaux donnés par le bébé. Ces connaissances nous aideront à élaborer des stratégies d’intervention préventive qui seront utiles aux mères et aux nourrissons.

Ressources complémentaires

Twitter:

Choisir l’intervention chirurgicale optimale pour la perte de poids du patient

RÉMISSION vise à étudier les déterminants du rétablissement métabolique à la suite des trois opérations les plus couramment pratiquées pour la perte de poids.

Dr André Tchernof
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec et École de nutrition, Université Laval

La chirurgie bariatrique est maintenant reconnue comme le seul traitement ayant de bons résultats à long terme sur l’obésité grave, avec plus de 350 000 opérations réalisées partout dans le monde chaque année. Pourtant, il n’y a jamais eu d’étude clinique pour comparer dument les effets à long terme des approches chirurgicales actuelles sur les maladies métaboliques, comme le diabète de type 2. Notre équipe étudie les déterminants du rétablissement métabolique à la suite des interventions chirurgicales pratiquées pour la perte de poids, comme la gastrectomie longitudinale, le pontage gastrique et la dérivation avec switch duodénal chez l’humain et dans les modèles animaux pertinents. Issu d’une longue expérience clinique de la chirurgie bariatrique, notre projet a débuté en 2015 et vise trois grands axes de recherche : 1) métabolisme, 2) microbiote intestinal et 3) interactions intestin-cerveau. Le programme s’appuie sur deux composantes fondamentales qui fournissent respectivement : 1) des données cliniques et des échantillons des patients subissant des interventions chirurgicales bariatriques et 2) des modèles animaux pour obtenir des renseignements sur les effets mécanistes des interventions chirurgicales. RÉMISSION est l’acronyme de « Reaching Enduring Metabolic Improvements by Selecting Surgical Interventions in Obese iNdividuals » (Obtention d’améliorations métaboliques durables par la sélection des interventions chirurgicales destinées aux personnes obèses). L’équipe de recherche réunit des chercheurs du Canada œuvrant dans trois provinces et huit universités ou centres, de même que des collaborateurs aux États-Unis et en Europe. L’équipe de coordination clinique est formée de Mélanie Nadeau (M.Sc.), de Suzy Laroche (IP) et de Mélissa Pelletier (M.Sc.).

Lire aussi :

Twitter :

Transition dans les soins aux adultes atteints de douleur chronique

Combler les lacunes entre les soins de première ligne et les services interprofessionnels de traitement de la douleur chronique

M. Kyle Vader
Université Queen’s

En tant que physiothérapeute œuvrant dans une clinique interprofessionnelle spécialisée en douleur chronique, j’ai pu constater de mes propres yeux les difficultés auxquelles font face les patients pour avoir accès à un traitement complet de la douleur. C’est ce qui m’a motivé à améliorer mes compétences en recherche et à poursuivre des études de doctorat en sciences de la réadaptation à l’Université Queen’s, sous la supervision du Dr Jordan Miller.

La douleur chronique touche environ un adulte sur cinq et constitue l’un des principaux facteurs contribuant aux années vécues avec une incapacité, aux coûts élevés des soins de santé et à la perte de productivité au travail. Les adultes atteints de douleur chronique font couramment état d’une prise en charge sous-optimale en soins de première ligne, ce qui fait qu’ils sont parfois dirigés vers des services interprofessionnels de prise en charge de la douleur chronique. Bien qu’on ait démontré l’efficacité et la rentabilité de cette approche, l’expérience des adultes qui ont reçu de tels services révèle l’existence de problèmes, tant pour les patients que pour les fournisseurs de soins.

Soutenue par une bourse d’études supérieures du Canada Frederick-Banting et Charles-Best des IRSC, ma recherche doctorale vise à comprendre et à décrire les transitions entre les soins de première ligne et les services interprofessionnels de traitement de la douleur chronique. Cette recherche a pour but de combler les lacunes et de promouvoir une prise en charge efficace de la douleur chronique dans le continuum des soins.

Lire aussi :

Twitter :

Le jeûne, une solution contre l’obésité?

Analyse des mécanismes neuronaux, moléculaires et transcriptionnels de l’activité et de la production de la leptine

Dr Alexandre Caron
Southwestern Medical Center de l’Université du Texas, Département de médecine interne, Division de la recherche hypothalamique

La leptine, qui tire son nom du mot grec leptos (mince), est une hormone produite par les cellules adipeuses qui réduit l’appétit. Plus la quantité de tissu adipeux dans le corps est grande, plus la sécrétion de leptine est importante. À l’inverse, le jeûne cause une chute du taux de leptine, ce qui provoque l’envoi de signaux de famine au cerveau pour l’encourager à manger. Il semble donc qu’un taux élevé de leptine, comme on peut le voir dans les cas d’obésité, ne constitue pas un signal métabolique critique. En effet, ce serait plutôt la chute du taux de leptine pendant le jeûne qui serait la clé dans les adaptations métaboliques. Cette idée a un certain mérite sur le plan de l’évolution, puisque l’obésité n’est pas aussi dangereuse que la famine.

Mes recherches portent sur d’importantes questions au sujet du fonctionnement de la leptine : pourquoi le taux de leptine chute-t-il en période de jeûne? Qu’est-ce qui régule la production de leptine par les cellules adipeuses? Comment la leptine régule-t-elle l’appétit? Pour répondre à ces questions, j’utilise une approche multidisciplinaire qui conjugue outils de génie génétique et outils de neurosciences modernes. Mes conclusions pourraient permettre d’établir de nouvelles cibles pour la mise au point de traitements contre l’obésité et le diabète.

Lire aussi :

Twitter :

Prévention de l’agression sexuelle (AS) chez l’enfant

Qu’en est-il des garçons? Comment les données probantes nous guident elles?

Dre Christine Wekerle
Université McMaster

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant garantit les droits des jeunes en matière de protection de la jeunesse, notant en particulier que l’exploitation et les agressions sexuelles constituent des risques importants pour un développement sain. La recherche montre que les sévices psychologiques causés par l’AS ne sont pas bien reconnus et qu’ils ont des répercussions sur l’identité de genre, les relations intimes et la santé, en plus de créer un risque de violence sexuelle. En 2018, le taux d’incidence de la violence sexuelle dans les fréquentations chez les adolescents était de 20 % chez les filles et de près de 6 % chez les garçons. Cette exploitation sexuelle des garçons a été le fait d’hommes et de femmes adultes, et cette victimisation accroît le risque de problèmes d’agression, de toxicomanie, d’automutilation et de maladies transmises sexuellement.

La pratique tenant compte des traumatismes est une étape clé vers la création d’environnements sécuritaires sur les plans physique et psychologique qui permettent aux garçons d’acquérir des compétences pour des relations sociales sûres. Il s’agit là d’un élément crucial, car l’AS laisse prévoir que les victimes utiliseront la sexualité pour faire face à leurs émotions, d’où une probabilité accrue de pratiques sexuelles à risque. De plus, des relations de soutien à long terme sont essentielles pour agir contre les faibles taux de divulgation de l’AS chez les garçons et les taux élevés de problèmes de santé physique et d’hospitalisations chez eux. Au nombre des stratégies pratiques pour renforcer la résilience figurent l’augmentation de la positivité et de saines façons d’établir des relations. En tant que praticiens, nous devons changer notre mentalité et demander non pas « Qu’est ce qui ne va pas chez toi », mais plutôt « Qu’est-ce qui t’est arrivé? Et comment puis-je t’aider? » Nous pourrons ainsi passer de trajectoires influencées par la conscience du traumatisme à des trajectoires d’habilitation par le traumatisme pour les garçons.

Lire aussi :

Twitter :

Au jeu, au lit, au repos!

Diffusion des Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour la petite enfance (de 0 à 4 ans)

Mme Negin Riazi, Dre Erica Lau, Dr Guy Faulkner
Université de la Colombie-Britannique

Publiées en novembre 2017, les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour la petite enfance reconnaissent l’intégration naturelle et intuitive de l’activité physique tout au long de la journée. Nous avons mené des recherches formatives sur la perspective des intervenants quant à ces directives, aux messagers potentiels et aux méthodes de diffusion. Conclusion? Les garderies représentent un milieu clé pour faire connaître les directives, les fournisseurs de services de garde sont des messagers importants, et les médias sociaux sont la voie de communication à privilégier. Toutefois, malgré l’approbation et le soutien continuellement exprimés par les intervenants, nous avons décelé un besoin crucial de faire traduire les directives et de les diffuser dans un format qui soit créatif, stimulant et facilement accessible par un large public.

Un dessin animé a été créé au sujet des directives pour résumer et présenter les recommandations en matière d'activité physique, de sommeil et de sédentarité pour trois groupes d'âge (nourrissons, tout-petits et enfants d'âge préscolaire). La vidéo décrit aussi les bienfaits mentaux, physiques, sociaux et émotionnels de ces recommandations. Elle vise à faire connaître les directives ainsi que les avantages de les respecter, et à inciter l'auditoire à consulter d'autres ressources sur le site Web Crée ta journée idéale de ParticipACTION. Cette vidéo s'avère un outil d'application des connaissances essentiel à la diffusion des directives dans tout le Canada.

Lire aussi :

Twitter :

Asphyxie du nouveau-né : des solutions pour une vie prospère

Le cerveau d’un bébé peut-il être réparé?

Dre Pia Wintermark
Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

Certains bébés souffrent d'asphyxie à la naissance, c'est-à-dire que leur cerveau et d'autres organes n'ont pas reçu suffisamment de sang ou d'oxygène. Cette affection représente 23 % des décès de bébés dans le monde et mène souvent à la paralysie cérébrale et à des problèmes d'apprentissage et de fonctionnement au quotidien. Dans les pays à revenu élevé, on a démontré que le refroidissement du corps entier pouvait prévenir les lésions cérébrales dans certains cas; or, de nombreux bébés subissent tout de même des lésions malgré ce traitement. Il n'existe actuellement aucun traitement pour réparer le cerveau de ces bébés.

C’est pourquoi nous étudions les mécanismes de réparation en jeu dans les lésions cérébrales des bébés ayant souffert d’asphyxie à la naissance et essayons de déterminer si le sildénafil (ViagraMD) pourrait réparer les lésions. Puisque le sildénafil est un médicament peu coûteux qui peut être administré par voie orale, on pourrait l’utiliser n’importe où dans le monde, y compris dans les pays où les outils de refroidissement du corps ne sont pas facilement accessibles et où la réparation des lésions est plus réalisable que leur prévention. L’accès à un traitement abordable et facile à administrer après la naissance pourrait améliorer le taux de survie, le développement précoce du cerveau et les résultats à long terme, permettant ainsi aux bébés de réaliser leur plein potentiel de développement. Ce projet est donc susceptible d’aider de nombreuses familles partout dans le monde qui sont aux prises avec les conséquences désastreuses de l’asphyxie.

Lire aussi :

Twitter : @PiaWintermark

Une belle mort

Évaluation des éléments des soins palliatifs de qualité dans la collectivité

Dawn Guthrie
Université Wilfrid-Laurier

Tout le monde devrait pouvoir bénéficier de soins palliatifs de qualité en fin de vie. Nous sommes un peu au courant du type de soins palliatifs prodigués aux patients à l’hôpital, mais nous ne savons presque rien de la qualité de ceux que les gens reçoivent lorsqu’ils choisissent d’être soignés à domicile ou dans un centre communautaire.

Si nous voulons que nos proches reçoivent de bons soins en fin de vie, nous devons être mieux renseignés sur ceux qui leur sont offerts actuellement dans la collectivité, ce qui nous aidera à les améliorer.

Tout au long de ma carrière de chercheuse, je me suis concentrée sur l’analyse de vastes ensembles de données afin d’examiner l’interaction des personnes avec le système de soins de santé et les méthodes d’évaluation de ces derniers. 

Je travaille actuellement sur un important projet financé par les IRSC qui vise à cerner les indicateurs les plus utiles pour l’évaluation de la qualité des soins reçus. Nous collaborons avec des collègues d’universités canadiennes et étrangères, des organismes de soins et des gouvernements pour créer un ensemble d’indicateurs de qualité qui ont fait l’objet d’essais cliniques et qui peuvent être utilisés partout au pays pour mesurer la qualité des soins dans la collectivité.

Lire aussi :

Vieillir autrement

Soutenir l’innovation technologique dans le secteur de la santé et du vieillissement

Josephine McMurray
Université Wilfrid-Laurier

Nombre de technologies fort prometteuses sont mises au point dans le but d’aider les aînés à conserver leur indépendance et à demeurer chez eux. On peut se demander si ces innovations sont bien conçues et si elles sont vraiment utilisées, et pourquoi tant d’entre elles ne mènent pas à de bons résultats.

Je travaille à l’intersection des affaires, de la technologie et des soins de santé. Mes recherches portent sur les rapports entre les enjeux commerciaux et stratégiques et le développement de nouvelles technologies visant à favoriser un vieillissement en santé.

Beaucoup d’innovateurs du secteur des technologies de la santé et du vieillissement sont incapables de comprendre le modèle d’affaires ou de prédire le degré d’adoption des nouvelles technologies. Je travaille sur plusieurs projets qui se penchent sur le milieu fertile de l’innovation dans ce domaine, les clés de la réussite commerciale et les manières dont celle-ci devrait être mesurée.

Je me concentre aussi sur les « grappes » régionales d’innovation en santé et d’entrepreneuriat qui réunissent des chercheurs et des fournisseurs de soins de santé avec l’industrie, les gouvernements et les intervenants locaux pour conceptualiser, élaborer et commercialiser ou adopter des technologies innovatrices liées à l’âge. Enfin, je dirige un groupe de recherche qui examine le rôle des femmes dans l’innovation et l’entrepreneuriat régionaux.

Lire aussi :

Twitter : @AgeWell_DRIVE

S’épanouir ensemble!

Mieux connaître les programmes florissants de soutien par les pairs des communautés marginalisées

Simon Coulombe
Université Wilfrid-Laurier

Mes recherches en psychologie visent à mieux comprendre la notion de bien-être et à réduire les inégalités en santé mentale chez les communautés marginalisées, comme les personnes LGBTQ+, les nouveaux arrivants, les personnes présentant des incapacités mentales ou physiques et les occupants de logements sociaux. 

J’examine les nombreux facteurs susceptibles d’avoir une incidence sur la santé mentale, avec un intérêt particulier pour les rôles des services communautaires de santé mentale, et j’étudie l’impact des milieux de vie, d’étude et de travail.

Mon équipe travaille actuellement sur un projet financé par les IRSC (Thriving Together) visant à examiner des programmes florissants de soutien par les pairs en santé mentale au Canada. Avec un nombre croissant d’hôpitaux, de centres de traitement et d’organismes communautaires qui embauchent des pairs aidants formés (et parfois rémunérés), je cherche à déterminer quels éléments produisent les programmes les plus réussis. Ces travaux faciliteront la création et à la mise en place d’initiatives et de politiques de soutien par les pairs plus efficaces dans tout le pays.

Lire aussi :

Un nouveau regard sur les enjeux LGBTQ

Déterminer les effets de l’exclusion sociale sur la santé et le bien-être des personnes LGBTQ

Robb Travers
Université Wilfrid-Laurier

Je m’intéresse depuis longtemps à la façon dont différentes formes d’exclusion sociale affectent la santé et le bien-être des minorités de genre et des minorités sexuelles – en particulier les communautés transgenres ainsi que les jeunes et les réfugiés LGBTQ.

Ma formation en psychologie communautaire et en santé publique m’a amené à participer, au cours des 15 dernières années, à des projets de recherche communautaire financés par les IRSC. Ces projets portent principalement sur les obstacles auxquels les jeunes LGB font face en matière d’accès à des services de traitement des dépendances et de refuge en Ontario; les problèmes vécus par les jeunes LGBTQ qui migrent à Toronto, y compris la vulnérabilité au VIH; les enjeux qui touchent les réfugiés LGBT au Canada, et la façon dont l’exclusion sociale influe sur la santé des personnes transgenres.

Plus récemment, j’ai été chercheur principal dans le cadre d’une étude sur la santé et le bien-être des personnes LGBTQ de la région de Waterloo. L’une des plus vastes en son genre au Canada jusqu’à présent, l’étude a permis de sonder des personnes de ce groupe sur des questions comme la sécurité communautaire, la discrimination, le soutien social et l’accès aux soins de santé. Elle visait à mettre le doigt sur le soutien et les services déjà offerts aux personnes LGBTQ de la région de Waterloo et sur ceux qui manquent, dans l’objectif de véritablement changer les politiques et les programmes locaux. 

Lire aussi :

Formation de calculs rénaux chez l’enfant

Nouvel éclairage sur le métabolisme du calcium

Dr R. Todd Alexander
Université de l’Alberta

Près d’une personne sur dix produira un calcul rénal au cours de sa vie, et l’incidence de cette affection est en hausse constante, même chez l’enfant. La production d’urine trop riche en calcium constitue le principal facteur causal de la formation de calculs rénaux. Le Dr Alexander étudie donc les mécanismes de régulation de l’excrétion du calcium par la miction et les raisons d’une surproduction de calcium urinaire chez certaines personnes. Un des multiples modèles utilisés à son laboratoire s’est avéré particulièrement efficace pour comprendre l’excrétion du calcium urinaire : l’étude auprès d’enfants atteints d’une maladie rare perturbant l’équilibre calcique, traités en clinique pour des calculs rénaux. Ainsi, en plus de contribuer à expliquer l’origine des calculs rénaux chez l’enfant, ces travaux pourront être transposés aux adultes et améliorer les traitements pour toutes les personnes aux prises avec cette douloureuse affection.

Lire aussi :

Twitter : @todd2_todd

L’essai DIalysis Symptom COntrol-Restless Legs Syndrome (DISCO-RLS) (Contrôle des symptômes liés à la dialyse – syndrome des jambes sans repos)

Dr David Collister
Méthodologie de la recherche en santé à l'Université McMaster

Le Dr David Collister est un néphrologue inscrit au programme de doctorat en méthodologie de la recherche en santé à l'Université McMaster, sous la supervision du Dr Michael Walsh. Comme chercheur, le Dr Collister s'intéresse à la prise en charge des symptômes chez les patients atteints d'une maladie rénale, en particulier le syndrome des jambes sans repos (SJSR). 

Le SJSR est un trouble neurologique qui cause une envie irrésistible de bouger les jambes, particulièrement au cours de périodes d'inactivité. Cette envie disparaît avec le mouvement, ce qui n'est pas sans être problématique la nuit pour les personnes atteintes. Le SJSR touche environ 30 % des personnes aux prises avec une maladie rénale, chez qui il entraîne souvent une piètre qualité de vie. 

La recherche a montré que plusieurs types de médicaments sont efficaces pour traiter le SJSR en l'absence de maladie rénale, mais seules quelques études ont porté sur le traitement de ce syndrome chez les personnes atteintes d'une maladie rénale. Il s'agit d'un facteur important à considérer, car les médicaments peuvent agir différemment chez les personnes présentant une maladie rénale, du fait de leur fonction réduite. 

Le but de l'essai DISCO‑RLS est de vérifier si deux médicaments différents (gabapentine et ropinirole, seuls ou en combinaison), comparés à des placébos (des pilules dont l'aspect, l'odeur, le goût et la sensation qu'elles procurent sont les mêmes que les médicaments actifs), améliorent les symptômes du SJSR chez les patients dialysés.

Lectures complémentaires :

Les cellules pancréatiques productrices d’insuline pourraient théoriquement prévenir la maladie rénale diabétique

Dr Paraish Misra
Université de Toronto

Le diabète est causé par la perte ou le dysfonctionnement des cellules productrices d'insuline du pancréas, ce qui entraîne une glycémie élevée. Bien qu'il existe de nombreux traitements pour aider les patients à contrôler leur glycémie, aucun ne peut rétablir le contrôle précis que procure un pancréas en santé. Par suite d'une perturbation du contrôle glycémique, de nombreux patients développent des complications comme une maladie rénale. La maladie rénale diabétique est la cause la plus fréquente d'insuffisance rénale dans le monde.

J'ai commencé mes études en médecine à l'Université McGill et terminé ma formation en néphrologie à l'Université de Toronto. Mon intérêt pour la médecine régénérative m'a incité à me joindre aux laboratoires de la Dre Cristina Nostro, spécialiste de la biologie des cellules souches, et du Dr Darren Yuen, spécialiste de la maladie rénale diabétique. La Dre Nostro a mis au point un moyen d'utiliser des cellules humaines pour produire des cellules pancréatiques productrices d'insuline dans un récipient de laboratoire. Sous sa conduite, nous avons trouvé un moyen de produire ces cellules plus efficacement, dans le but ultime de les utiliser pour guérir le diabète. En collaboration avec le Dr Yuen, nous cherchons une méthode permettant d'intégrer ces cellules au système immunitaire humain en toute sécurité et nous tentons de déterminer si elles peuvent être utilisées pour prévenir la maladie rénale diabétique.

Lecture complémentaire

Un rêve d’innovation devient réalité

Mieux comprendre les mécanismes de réponse réparatrice dans les cas d’atteintes rénales chroniques et de cancer du rein pour améliorer le traitement et le diagnostic

Dr Casimiro Gerarduzzi
Université de Montréal et Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Mon ambition d'étudier les processus cellulaires intervenant dans la réparation d'atteintes chroniques (fibrose) et le cancer a pris naissance durant mon programme de doctorat à l'Université McGill. L'objectif de mon projet était de comprendre les mécanismes de signalisation des régulateurs homéostatiques de la réparation et du développement et de découvrir des applications thérapeutiques potentielles fondées sur la capacité cellulaire intrinsèque d'inhiber la fibrose et le cancer.

Durant mon stage postdoctoral à l'École de santé publique de l'Université Harvard, je me suis surtout intéressé à la survie cellulaire, puisque les signaux apoptotiques se dérèglent en cas de fibrose et de cancer. Mon idée était de réactiver le signal apoptotique des cellules vicieuses afin d'induire leur retrait par mort cellulaire et de faire disparaître le phénotype fibrotique ou oncogénique.

J'ai approfondi mon expérience postdoctorale à l'Hôpital Brigham and Women's/École de médecine de l'Université Harvard en me spécialisant en néphrologie, puisque le rein est un organe vital pouvant faire l'objet d'une surveillance non effractive grâce à son produit, l'urine. C'est alors que je suis devenu expert dans les techniques in vivo/in vitro qui sont nécessaires à l'étude de la fibrose rénale et des hypernéphromes.

Grâce à l'appui de KRESCENT, ma recherche m'a dernièrement amené à l'Université de Montréal, où je tente de prévenir les maladies rénales et possiblement de mettre au point des traitements novateurs qui amélioreront la santé des Canadiens atteints de ces maladies.

Lectures complémentaires :

À l’avant-garde de l’innovation dans les soins de santé et de la recherche sur la santé autochtone, l’hypoglycémie et les essais cliniques

Dr Stewart Harris
Professeur, École de médecine et de dentisterie Schulich à l’Université Western
Chercheur principal, Diabetes Alliance

Le Dr Harris et son équipe sont des chefs de file de la recherche sur la santé autochtone, l’hypoglycémie et les essais cliniques dans le contexte du diabète de type 2.

Au cours des deux dernières décennies, le Programme sur la santé autochtone du Dr Harris a permis de forger des partenariats authentiques avec plus de 30 communautés des Premières Nations de tout le pays. Dans le cadre d’interventions novatrices en amélioration de la qualité, le Dr Harris et son équipe travaillent directement avec ces communautés à la conception de solutions intégrant les connaissances autochtones pour améliorer le traitement des maladies chroniques et réduire les disparités en matière de santé.

Le Programme sur l’hypoglycémie du Dr Harris vise à mieux comprendre l’épidémiologie de l’hypoglycémie dans le monde réel. Par des enquêtes populationnelles inédites auprès de personnes souffrant de diabète, de leurs proches et de leurs fournisseurs de services de santé, le Dr Harris s’efforce d’approfondir notre compréhension de l’hypoglycémie et de sa prise en charge comme jamais auparavant.

Le Programme sur les essais cliniques du Dr Harris a contribué à plus de 30 essais cliniques lancés à l’initiative de chercheurs et financés par l’industrie pharmaceutique dans le domaine du diabète. Ce programme fournit une information de valeur inestimable au secteur médical pour mieux comprendre comment prévenir, diagnostiquer et gérer le diabète et ses complications.

Lecture complémentaire

Une perspective plus large sur le VIH

Réinitialiser le programme de recherche sur le VIH/sida auprès des communautés africaines, caribéennes, autochtones et noires au Canada

Ciann Wilson, Ph.D.
Université Wilfrid-Laurier

Beaucoup de gens, y compris des politiciens, parlent d'une ère post-VIH, mais ils ont tendance à voir surtout l’expérience des hommes gais de la classe moyenne et de race blanche. La réalité, c'est que les communautés autochtones et noires du Canada sont touchées de façon disproportionnée par le VIH/sida et que les taux de VIH continuent d’y augmenter.

Chez les Autochtones, par exemple, la consommation de drogues injectables est le principal mode de transmission du VIH, mais la recherche considère rarement la consommation de telles substances comme un mécanisme de survie face au traumatisme intergénérationnel.

Pour freiner adéquatement la transmission du VIH, nous devons acquérir une compréhension plus nuancée des cultures sexuelles, qui inclut les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues, les personnes trans ou non binaires, les travailleurs du sexe, et les habitants des communautés rurales ou éloignées.

Ma recherche financée par les IRSC – et par le Canadian Aboriginal AIDS Network – tient compte des réalités des communautés autochtones, noires, et mixtes noires-autochtones. Mon travail vise à faire connaître les réalités des personnes marginalisées, avec pour but en fin de compte d’améliorer leur santé et leur bien-être.

Lecture complémentaire

Twitter: @ciann_wilson

Les jeunes et les préjugés à l’égard du poids

Comment les vivent-ils?

Mme Alexa Ferdinands
Université de l’Alberta

Comme diététiste autorisée, j’ai travaillé avec de nombreux patients obèses. Ma formation et ma pratique m’ont amenée à analyser de quelle façon le discours dominant en santé publique sur les interventions contre l’obésité (p. ex. « manger moins, bouger plus ») peut conduire à un préjugé à l’égard du poids. Cela se produit quand les gens jugent les autres en raison de leur grosseur. Les enfants et les adolescents obèses font l’objet de préjugés dans presque tous les aspects de leur vie, préjugés qui peuvent se manifester de façon claire ou subtile, par exemple par l’intimidation et l’exclusion sociale. Pour les personnes qui les subissent, les préjugés à l’égard du poids ont de graves conséquences sur le plan de la santé et sur le plan social pendant toute leur vie.

Jusqu’ici, les stratégies de réduction des préjugés liés au poids ont surtout ciblé les attitudes et les croyances individuelles, négligeant les façons dont les facteurs structurels (p. ex. les médias, les politiques publiques) peuvent perpétuer ce problème dans la société. De plus, la recherche sur les préjugés à l’égard du poids a rarement considéré le point de vue des jeunes, qui peuvent être d’importants agents de changement. Bénéficiant d’une bourse d’études supérieures du Canada Vanier des IRSC, j’utilise pour ma recherche doctorale qualitative une approche participative auprès des jeunes qui ont un problème d’obésité pour comprendre comment ils composent avec ces préjugés au quotidien. Par l’approfondissement de notre connaissance de ce que sont les préjugés à l’égard du poids et de leur source, nous pourrons commencer à découvrir des cibles en vue d’un changement social. 

Lecture complémentaire

Twitter:@alexaferdinands

L’après-diarrhée

Comprendre le véritable impact des infections d’origine alimentaire pour la population canadienne

Dre Shannon Majowicz
École de la santé publique et des systèmes de santé, Université de Waterloo

Dre Eleni Galanis
Centre de contrôle des maladies de la C.-B. et École de santé publique et des populations, Université de la Colombie-Britannique

Chaque année, plus de quatre millions de Canadiens contractent des infections d’origine alimentaire qui peuvent durer longtemps après la fin de leur diarrhée. Certaines personnes sont paralysées, font des fausses couches, éprouvent des troubles rénaux ou digestifs, ou peuvent même mourir des suites des infections. Tout en sachant que ces graves conséquences existent, nous ne savons trop comment elles se produisent ni combien elles coûtent au système de santé canadien. Cela signifie que nous ne soupesons pas comme il faut l’incidence des infections d’origine alimentaire dans la priorisation des décisions de politique.

À la jonction de la recherche clinique et de la recherche en santé des populations, l’étude des Dres Majowicz et Galanis mise sur la riche collection de dossiers de santé de la Colombie-Britannique pour déterminer quelle fraction des personnes atteintes connaît des complications après une infection d’origine alimentaire, de même que les coûts pour le système de santé. Financées par la fondation du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, l’Université de Waterloo et les IRSC, les chercheuses seront en mesure d’aider les Canadiens à connaître les services de santé publique et les services cliniques offerts en la matière, d’aider les médecins afin qu’ils puissent mieux diagnostiquer et traiter les patients, et de fournir aux responsables des politiques les données probantes dont ils ont besoin pour assurer l’innocuité des aliments.

Lecture complémentaire

La résolution de la forme tridimensionnelle des molécules peut aider à guérir le cancer

Comprendre le mécanisme structural des kinases du cycle cellulaire pourrait conduire à une intervention thérapeutique contre la maladie

Dr Nicolas Tavernier
Programme en biologie des systèmes, Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum, Sinai Hospital System

Comme chercheur en biologie cellulaire, mon but est d’approfondir notre compréhension de la base moléculaire de la tumorigenèse.

La division cellulaire est réalisée par une myriade de protéines, incluant une classe d’enzymes appelées protéines kinases qui transfèrent un marqueur appelé phosphate sur d’autres protéines (leurs substrats) pour en moduler l’activité, la fonction ou l’emplacement dans la cellule.

La surexpression ou la suractivation de ces kinases entraînent la dérégulation de la division cellulaire et favorisent la tumorigenèse. Par conséquent, expliquer comment les protéines kinases sont activées ou désactivées de façon contrôlée clarifiera la façon dont le cancer se forme et pourrait théoriquement être traité.

À cette fin, nous utilisons principalement la cristallographie des protéines suivie de la diffraction des rayons X. Cette puissante technique révèle la structure des protéines et de leurs complexes à une résolution atomique. Cela permettra de comprendre comment elles fonctionnent et peuvent être dérégulées en réaction à une maladie.

En voyant littéralement comment les protéines travaillent ensemble, nous serons en mesure d’inactiver le processus de développement du cancer avec des molécules pharmaceutiques et de la médication.

Lecture complémentaire

Date de modification :