Équipes de cliniciens pour la recherche en obstétrique et en médecine materno-fœtale

L’initiative Équipes de cliniciens pour la recherche en obstétrique et en médecine materno-fœtale fournit aux cliniciens actifs qui disposent de peu de temps à consacrer à la recherche les ressources nécessaires à la formation d’équipes qui augmenteront leurs capacités de recherche. La Société des obstréticiens et gynécologues du Canada (SOGC) est un partenaire en application des connaissances et en réseautage de notre initiative de recherche. 

Les cinq équipes de recherche financées couvrent divers types de recherche dans le vaste domaine de la médecine materno-fœtale, et chacune de ces recherches répond aux objectifs suivants :

  • Aider une nouvelle génération de cliniciens en obstétrique et en médecine materno-fœtale à mener des recherches en suivant un modèle axé sur la collaboration et le travail d’équipe.
  • Créer un environnement de recherche pour les cliniciens en obstétrique et en médecine materno-fœtale qui soit propice aux collaborations et aux partenariats entre les cliniciens, les chercheurs et le personnel de soutien pourvu d’expertise complémentaire.
  • Stimuler l’innovation dans la façon de soutenir les efforts de recherche des cliniciens actifs en obstétrique et en médecine materno-foetale par la collaboration avec d’autres équipes et leurs partenaires, à l’échelle locale et nationale.
  • Établir un modèle de mentorat solide qui soutiendra le développement des générations actuelle et future de chercheurs en obstétrique et en médecine materno-foetale.
  • Faire avancer la recherche et les connaissances en obstétrique et en médecine materno-foetale.
  • Donner aux cliniciens en obstétrique et en médecine materno-foetale les moyens d’avoir accès au soutien et d’acquérir l’expérience qui les aidera à obtenir des fonds d’autres sources.

Consulter la liste complète des boursiers et les résumés de leurs projets de recherche.


DOH-Net : le Réseau de recherche sur le diabète, l’obésité et l’hypertension durant la grossesse

De gauche à droite : les Drs Joel Ray (mentor), Nir Melamed (chercheur principal), Beth Murray-Davis (chercheuse principale), Howard Berger (chercheur principal) et Sarah McDonald (mentore). Absents de la photo : Michael Geary (mentor) et Jon Barrett (mentor).

Les Drs Howard Berger, Nir Melamed, et Beth Murray-Davis, St. Michael’s Hospital, Toronto (Ontario), Sunnybrook Research Institute, Toronto (Ontario) et McMaster University, Hamilton (Ontario)

L’augmentation de l’incidence des maladies non transmissibles, en particulier le diabète, l’obésité et l’hypertension (DOH), représente l’un des principaux enjeux en santé mondiale. La caractéristique particulière du DOH pendant la grossesse est son effet sur la santé maternelle et infantile, à court et à long terme. Malheureusement, il existe peu d’informations sur la prise en charge optimale des grossesses qui s’accompagnent de complications dues au DOH.

Le Réseau de recherche sur le diabète, l’obésité et l’hypertension durant la grossesse (DOH-Net) est un programme de recherche multidisciplinaire comprenant des spécialistes en obstétrique, en maïeutique et en médecine maternelle et fœtale. Il vise à combler le manque d’informations en effectuant des projets de haute qualité touchant la recherche, l’application des connaissances et la normalisation des soins en matière de DOH durant la grossesse.

Voici quelques conclusions tirées de nos plus récentes études :

  • En Ontario, plus d’une grossesse sur six est affectée par l’obésité, et une grossesse sur 100, par un diabète ou une hypertension préexistants. L’augmentation de l’âge des mères et de la parité est associée à une prévalence accrue du DOH.
  • La concomitance des éléments du DOH accroît considérablement le risque de naissance prématurée, en particulier en raison d’accouchements déclenchés par le fournisseur de soins ou associés à une altération de la croissance fœtale ou à une prééclampsie.
  • Un déclenchement artificiel du travail à 38 ou 39 semaines chez les femmes atteintes d’hypertension chronique est susceptible de prévenir les complications hypertensives graves sans accroître le risque de césarienne.
  • Un déclenchement artificiel du travail à 38 semaines chez les femmes atteintes de diabète préexistant est associé à un risque plus élevé d’hospitalisation en USIN, de jaunisse nécessitant une photothérapie et d’hypoglycémie chez le nouveau-né, par comparaison avec une prise en charge non interventionniste.
  • En Ontario, plus de la moitié des femmes prennent plus de poids que ce qui est recommandé, qu’elles soient suivies par un médecin de famille, une sage-femme ou un obstétricien. Ce gain de poids est associé à des anomalies de la croissance fœtale et à un accouchement par césarienne.

Les femmes enceintes de jumeaux courent un risque accru de diabète sucré gestationnel (DSG). Toutefois, le DSG durant une grossesse gémellaire n’est pas associé aux complications hypertensives ni à certaines morbidités néonatales qui affectent les grossesses uniques.

Site Web : Doh-net.ca (en anglais seulement)
Twitter : @dryosefb, @BMurrayDavis, @DrSDMcDonald, @MacMidwifery, @StMikesHospital, @Sunnybrook


Équipe de recherche émergente de Montréal en médecine foetomaternelle

De gauche à droite : Les Drs Ariane Godbout (chercheure principale), Francois Audibert (mentor), et Isabelle Boucoiran (chercheure principale)

Les Drs Isabelle Boucoiran, Ariane Godbout, Catherine Taillefer, et Sandrine Wavrant, Université de Montréal, Montréal (Québec)

Nous souhaitons renforcer la capacité des hôpitaux du réseau de l’Université de Montréal d’apporter aide et espoir aux femmes et à leurs enfants à naître en améliorant les services de soins de santé de la conception à la période néonatale. Notre objectif général est de mettre en place une plateforme de recherche intégrée pour : 1) appuyer les projets de recherche de jeunes cliniciens en médecine materno-foetale; 2) réunir de jeunes cliniciens en médecine materno-foetale et des équipes locales de recherche fondamentale pour élaborer des programmes de recherche qui peuvent être rapidement intégrés en clinique; 3) établir des collaborations et des partenariats locaux/nationaux pour transférer rapidement les connaissances créées au niveau provincial et national.


Groupe collaborateur en recherche sur l’obésité pendant la grossesse : soutenir une équipe pour étudier les adaptations placentaires à l’obésité

De gauche à droite : Les Drs Victor Han (mentor), Peeyush Lala (mentor), Genevieve Eastabrook (chercheure principale), et Barbra de Vrijer (chercheure principale)

Les Drs Barbra de Vrijer et Genevieve Eastabrook, University of Western Ontario, London (Ontario)

À London (Ontario), 45 % des femmes qui accouchent sont en surpoids ou obèses. Cette situation complique grandement l’établissement de diagnostics par l’équipe d’obstétrique, tout particulièrement en ce qui touche l’analyse des risques et la prévention de complications placentaires, comme la mortinaissance, le retard de croissance intra-utérin et la prééclampsie. Par l’entremise d’une équipe de collaboration en recherche sur l’obésité pendant la grossesse, nous proposons de mettre au point de nouveaux outils cliniques pour prédire et diagnostiquer des problèmes liés à l’obésité, comme l’inflammation chronique et le stress cardiovasculaire et métabolique, qui seraient à l’origine de ces complications. Grâce à de nouvelles technologies telles que la métabolomique, l’analyse de l’onde de pouls servant à évaluer la rigidité vasculaire et l’IRM servant à étudier le développement des tissus adipeux du fœtus, notre équipe met en place un axe de recherche solide dans le domaine de la santé cardiométabolique durant la grossesse.

Publications:

Site Web : Groupe de recherche sur la grossesse (en anglais seulement)
Twitter: @westernuPRG


Équipe de cliniciens-chercheurs sur la recherche en prématurité

De gauche à droite : Les Drs William Fraser (mentor), Anne-Marie Côté (chercheure principale), et Jean Charles Pasquier (chercheur principal)

Les Drs Jean Charles Pasquier, Haim Abenhaim, et Anne-Marie Cote, Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec)

Nous voulons mieux comprendre les causes de la prématurité, et offrir des traitements adaptés aux patientes, pour prévenir l’accouchement avant terme et ses conséquences parfois graves pour les nouveau‑nés. Nos trois principaux projets sont les suivants : 1) une approche thérapeutique (pessaire et progestérone) pour prévenir le travail prématuré; 2) une analyse d’urine (podocine) pour prévoir les risques de prééclampsie; 3) la validation d’une méthode permettant de mieux classifier les différentes causes de naissance prématurée et d’en évaluer l’incidence sur la santé du nouveau‑né.


Les BONS SOINS au BON ENDROIT au BON MOMENT : l’offre de soins de maternité aux femmes ayant recours aux techniques de reproduction assistée ou obèses

De gauche à droite : Dre Mark Walker (mentor), Ms. Natalie Rybak (coordonnatrice de programme), Dre Laura Gaudet (chercheure principale), Dre Maria Velez (chercheure principale), et Dre Graeme Smith (mentor)

Les Drs Laura Gaudet et Maria Vélez, Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, Ottawa (Ontario) et Queen’s University, Kingston (Ontario)

Par nos travaux de recherche, nous visons à cerner les lacunes qui existent en matière de connaissances à l’égard des soins de maternité pour les femmes enceintes obèses ou ayant eu recours  aux techniques de reproduction assistée (TRA). En outre, nous cherchons à cartographier les soins offerts et à mettre au point des outils de dépistage pour orienter ces femmes vers les fournisseurs de soins de maternité les plus appropriés, et évaluer les résultats cliniques et économiques à court, moyen et long terme de l’utilisation de ces outils de dépistage.

Peu de recherches ont été effectuées dans ce domaine. Les progrès réalisés jusqu’à maintenant nous enchantent. Nous avons mené quatre revues systématiques pour déterminer les prédicteurs d’une issue défavorable de la grossesse chez les femmes enceintes obèses ou ayant eu recours aux TRA, ce qui nous a permis d’élaborer des plans de soins idéaux pour les femmes à faible risque et à risque élevé. On peut consulter l’un de ces plans de soins à l’adresse doi: 10.1186/s12978-019-0667-z. Détails supplémentaires  Nous réalisons actuellement une étude de consensus par la méthode Delphi pour cerner les 6 à 10 facteurs de risque les plus importants qui permettent de prédire une issue défavorable de la grossesse; cette étude servira à élaborer un outil visant à orienter les femmes vers le modèle d’offre de soins de maternité le plus approprié. Nous attendons avec impatience d’expérimenter cet outil dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé pilote au cours des deux prochaines années.

Site Web : http://omni.ohri.ca/ (en anglais seulement)
Twitter: @DrLauraGaudet


Possibilité de financement archivée

Date de modification :