Au Canada, des stagiaires sensibilisent à l’ACSG dans la recherche en santé

Carte du réseau de stagiaires de l'ISFH sur le sexe et le genre
Figure 1 - Carte du réseau de stagiaires de l'ISFH sur le sexe et le genre
  • Description détaillée

    Le Réseau de stagiaires de recherche sur le sexe et le genre de l’ISFH célébre ses 2 ans et 16 sections au Canada ! Cette image montre une carte du Canada avec les 16 chapitres :

    • Université de la Colombie Britanique
    • Université du Nord de la Colombie Britanique
    • Université de Calgary
    • Université de l’Alberta
    • Université de la Saskatchewan
    • Université du Manitoba
    • Université de McMaster
    • Université de Waterloo
    • Université de Toronto
    • Université Ryerson
    • Université Lakehead
    • Université d’Ottawa
    • Université de Montréal
    • Université McGill
    • Université Laval
    • Université Dalhousie

En juin 2016, trois doctorants étudiant à différents endroits au pays ont trouvé un terrain d’entente lorsqu’ils ont écouté une présentation de la directrice adjointe de l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) des IRSC. Leurs domaines de recherche étaient certes très différents (l’informatique de la santé, la pathobiologie et les sciences infirmières), mais le concept d’analyse comparative fondée sur le sexe et le genre (ACSG) a interpelé chacun d’entre eux. Ensemble, Carla Hilario, Janessa Griffith et Michael Sugiyama ont eu l’idée de faire connaître à d’autres stagiaires les avantages de l’inclusion des facteurs liés au sexe et au genre dans leur recherche.

Carla, Janessa et Michael ont alors conçu un sondage pour vérifier auprès d’autres stagiaires de leurs départements ce qu’ils recherchaient dans un réseau. En mai 2017, lors du congrès annuel de l’Organization for the Study of Sex Differences (OSSD) tenu à Montréal en partenariat avec l’ISFH, des stagiaires de partout au Canada se sont réunis et ont lancé le Réseau de stagiaires de recherche sur le sexe et le genre de l’Institut, le seul groupement pancanadien voué à l’accroissement de la sensibilisation, des connaissances et de la capacité de recherche en ACSG chez les stagiaires dans le domaine de la santé.

Maintenant, plus de deux ans après son lancement officiel, le Réseau compte des sections dans 16 établissements d’enseignement du pays. Chacune d’elles est dotée d’un stagiaire responsable et d’un mentor principal qui peuvent fournir des conseils sur l’ACSG. Les stagiaires communiquent par courriel, Twitter et Facebook, tandis que les responsables se réunissent virtuellement trois fois par année pour faire le point sur les activités de leurs sections. Avec l’aide de l’ISFH, des stagiaires à la maîtrise, au doctorat et au postdoctorat organisent des rencontres tout au long de l’année. Ils invitent des spécialistes du sexe et du genre à parler aux étudiants, organisent des clubs de lecture, animent des webinaires et collaborent à des articles issus de la recherche.

Grâce aux activités du Réseau, la prochaine génération de chefs de file de la recherche en santé s’est révélée créative, dynamique, avant-gardiste et prête à explorer des méthodes de recherche émergentes, y compris l’ACSG. Soyez des nôtres pour célébrer le 2e anniversaire du Réseau de stagiaires de recherche sur le sexe et le genre lors d’un webinaire en français qui aura lieu le 12 novembre de 16 h à 17 h. Celui-ci sera précédé par un séminaire en anglais de 15 h à 16 h. Cette rencontre permettra d’en apprendre davantage sur le Réseau, sur ses récentes activités et sur les principes fondamentaux de l’ACSG. Inscrivez-vous dès maintenant à ce webinaire ou consultez notre site Web pour en savoir plus sur le Réseau de stagiaires de l’ISFH.

Cara Tannenbaum, directrice scientifique de l’ISFH, entourée de deux stagiaires responsables de section : Martha Paynter, boursière postdoctorale à l’Université Dalhousie (à gauche) et Janessa Griffith, boursière postdoctorale à l’Université de Toronto (à droite).

« Les stagiaires membres du Réseau franchissent constamment les limites des milieux d’enseignement traditionnels afin d’aménager des lieux sûrs et ouverts qui favorisent les échanges sur la science du sexe et du genre. Je les remercie ainsi que leurs mentors pour avoir mis le Canada au premier plan grâce à leur position de chefs de file de demain dans ce domaine ! »

Cara Tannenbaum, directrice scientifique de l’Institut de la santé des femmes et des hommes (ISFH) des IRSC

« Le Réseau de stagiaires de l’ISFH des IRSC m’a donné l’occasion de rencontrer des jeunes scientifiques aux vues similaires qui apprécient l’importance d’étudier les facteurs liés au sexe et au genre pour produire des recherches en santé de haute qualité qui s’appliquent à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes. »

Michael Sugiyama, boursier postdoctoral à l’Université Ryerson et cofondateur du Réseau de stagiaires de l’ISFH.
Date de modification :